««« tour­ment »»»

« tour­ment » ou « tour­ments » dans :
Du Bellay
1549
~ La Nuit m’est courte…
~ Ô Prison douce…
~ Ô faible Esprit…
~ Qui a nom­bré…
Tyard
1549
~ Sous ton haut front…
~ J’ai tant crié…
Ron­sard
1552
~ Être indi­gent…
~ Ce ne sont qu’haims…
1553
~ Avec les fleurs…
1555
~ Autant qu’un rivage a…
La Haye
1553
~ Ce petit Dieu m’a mis…
Louise Labé
1555
~ Je vis, je meurs…
Magny
1557
~ Que verrez-vous mes yeux…
~ Vive qui vivre peut…
~ Amour a fait de moi…
La Gra­vière
1558
~ Qu’est-ce qu’Amour ?…
Buttet
1561
~ Jà le matin…
Ellain
1561
~ L’amitié libre…
~ Vouloir être ravi…
Jean de La Taille
1573
~ Ô cœur ingrat…
Hes­teau
1578
~ D’une incroyable amour…
~ Avoir d’un bref repos…
~ Comme on voit un che­vreuil…
~ Ô vive et sainte flamme…
Cour­tin
1581
~ D’un chaud désir…
~ Ô doux dédain…
La Jessée
1583
~ Tu me sur­pris…
~ Qu’on nombre l’Ost…
~ Assuré je m’élève…
Cornu
1583
~ Mon cœur, mon doux sou­ci…
Pon­toux
1585
~ Tant puissante est l’ardeur…
Du Buys
1585
~ Tirer de long tra­vail…
d’Avost
1587
~ La mer n’est pas toujours…
Le Poulchre
1587
~ À mon cruel tour­ment…
Trel­lon
1587
~ De la bouche, des yeux…
Des­portes
1594
~ Je porte plus au cœur…
Du Tron­chet
1595
~ Heureux soit ce jour-là… (Canz. 61)
Las­phrise
1597
~ Ah beaux tourments…
Anne de Mar­quets
1605
~ Plus on charge la palme…
Claude Gar­nier
1609
~ Toujours la nuit…
~ Quelle splen­deur…

~#~