Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« automne »»»

« autumnus » (latin) ou « Automne » dans :
Marulle
1497
~ L’Attique n’a pas tant de miel…
Du Bellay
1549
~ Qui a nombré…
1560
~ De fleurs, d’épis…
1569
~ Comme de fleurs…
Des Autels
1553
~ Donc maintenant…
Baïf
1555
~ Ni la mer tant de flots…
1573
~ Hier cueillant cette Rose…
Ronsard
1557
~ Le printemps n’a point…
Gadou
1573
~ On entend, en hiver…
Goulart
1574
~ Celui qui a…
Catherine Des Roches
1583
~ Ausonie, Calabre…
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Du Buys
1585
~ Comme on ne compte point…
Isaac Habert
1585
~ Quand je te veux louer…
Le Poulchre
1587
~ S’on voyait votre Été…
Lasphrise
1597
~ Je penserais plutôt…
Angot
1603
~ Toute chose prend fin…
~ Ni l’Hiver refroidi…
Claude Garnier
1609
~ Toujours la nuit…

~#~














 

Automne. Pesteux, variable, catarrheux, fruitier ou fructueux, humide, vineux, riche, malsain, fiévreux, rapporte-fruit, souillard, froid, plantureux, maladif, pommeux, effeuillu ou effeuillant.

L’Automne est appelé le grenier, le cellier, et la planté des humains, parce qu’en cette saison est recueillie la meilleure part des fruits que la terre produit.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 29r° [Gallica, N0050715_PDF_64]
(texte modernisé).

[Automnal /-aux /-ale. Austre, foin, fruits ou fruitages, moisson, peste, raisin, vendange.]

[Ornement de l’automne. Fruits ou fruitages.]























Automne. Pesteus, variable, catarreus, fruictier ou fructueus, humide, vineus, riche, mal-sain, fiëureus, raporte-fruit, souillard, froid, plantureus, maladif, pommeus, effueillu ou effueillant.

L’Automne est appellé le grenier, le cellier, & la planté des humains, parce qu’en ceste saison est recueillie la meilleure part des fruits que la terre produit.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 29r° [Gallica, N0050715_PDF_64]
(texte original).

[Automnal /-aus /-ale. Austre, foin, fruits ou fruitages, moisson, peste, raisin, vendange.]

[Ornement de l’automne. Fruits ou fruitages.]