««« Cas­sandre »»»

« Cassandre » dans :
Tahu­reau
1554 [1870]
~ Si d’un Horace…
Tyard
1555
~ En la froideur…
La Pé­ruse
1555
~ Cassandre vit…
Bu­gnyon
1557
~ Macrin sa Gélo­nis…
Jo­delle
1574
~ Sapphon la docte Grecque…
Boys­sières
1578
~ Ronsard pour sa Cassandre…
La Jessée
1583
~ Que n’ai-je les accords…
Blan­chon
1583
~ Si ma plume pouvait…
Pas­quier
1610
~ Que Laure soit…

~#~














 

Cassandre. Chaste, pro­phète, pro­phé­tisse ou pro­phé­tique, furieuse, insen­sée, pria­mide, troyenne, sœur de Pâ­ris, in­croyable, effré­née, iliaque.

Cassandre, autre­ment nom­mée Alexandre, fut fille à Priam roi des Troyens, de la­quelle Phé­bus étant fort amou­reux lui pro­mit de se sou­mettre à son plai­sir, s’il lui don­nait la puis­sance de pré­dire les choses futures, ce qu’il fit. Ayant obte­nu ce qu’elle vou­lait elle se moqua de lui, de quoi indi­gné il ajou­ta ce mal­heur, qu’encore qu’elle dît vrai jamais per­sonne ne la croi­rait. Tel­le­ment que com­bien qu’elle pré­dît long­temps devant les cala­mi­tés que les Troyens endu­re­raient s’ils rece­vaient Hélène, et encore après s’ils rece­vaient le che­val de bois dans lequel les Grecs étaient enclos, tou­te­fois on ne lui ajou­ta jamais foi. De notre temps Mon­sieur de Ron­sard gen­til­homme Ven­dô­mois éper­du­ment ravi de la beau­té d’une sienne dame appe­lée Cas­sandre, il l’a par ses doctes vers si hau­te­ment célé­brée que le ciel même l’a en­ten­du, de sorte que jamais la mort ne pour­ra d’un tel nom effa­cer la mé­moire.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 48r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_102_103]
(texte modernisé).

[Voir aussi Hec­tor, Pâris, Polyxène et Bri­séis, Homère, Iliade, Troie ; voir encore Lyco­phron et Corinne, Lalage, Laure, Mé­line]






















«««  #  »»»

Cassandre. Chaste, pro­phete, pro­phe­tise ou pro­phe­tique, furieuse, insen­see, pria­mide, troienne, sœur de Pa­ris, incroiable, effre­nee, iliaque.

Cassandre, autre­ment nom­mee Alexandre, fut fille à Priam roi des Troïens, de la­quelle Phœ­bus estant fort amou­reus lui pro­mit de se soub­mettre à son plai­sir, s’il lui don­noit la puis­sance de pre­dire les choses futures, ce qu’il fit. Aiant obte­nu ce qu’elle vou­loit elle se moqua de lui, dequoi indi­gné il adious­ta ce mal­heur, qu’encores qu’elle dit vrai iamais per­sonne ne la croi­roit. Tel­le­ment que com­bien qu’elle pre­dit long temps deuant les cala­mi­tés que les Troïens endu­re­roient s’ils rece­vaient Helene, & encores apres s’ils rece­uoient le che­ual de bois dans lequel les Grecs estoient enclos, tou­tes­fois on ne lui adious­ta iamais foi. De nostre temps Mon­sieur de Ron­sard gen­til­homme Van­do­mois esper­du­ment raui de la beau­té d’vne sienne dame appe­l­lee Cas­sandre, il l’a par ses doctes vers si hau­te­ment cele­bree que le ciel mesmes l’a en­ten­du, de sorte que iamais la mort ne pour­ra d’vn tel nom effa­cer la me­moire.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 48r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_102_103
(texte original).

[Voir aussi Hec­tor, Paris, Polyxene et Bri­seis, Homere, Iliade, Troie ; voir encore Lyco­phron et Corinne, Lalage, Laure, Me­line]