««« Corin­the »»»

 

~#~
















# source du commen­taire et de certaines épi­thètes (corcyre, certhire, éphire) :
la traduc­tion française de la Cosmo­gra­phie uni­ver­selle de Sebas­tian Münster, livre IV, p. 1146 [← e.rara], 1552.
 

Corinthe. Très-riche, lumière de la Grèce, véné­rienne, corcyre ou certhire, fameuse, marchande, éphire, lascive, ancienne, grecque.

Corinthe ville d’Achaïe très-opu­lente, fut premiè­re­ment bâtie par Sisyphe un brigand fils d’Éole, et nommée Cor­cyre ou Certhire, et puis Éphire quand elle fut augmen­tée. Or elle fut détruite, et dere­chef bâtie par Corinthe fils d’Oreste ou de Jupi­ter, qui lui bailla son nom. Il y avait un temple dédié à Vénus, où étaient plus de mille putains de renom, vouées à cette déesse, lesquelles se prosti­tuaient à tout venant. Elle était aussi fréquen­tée par gens de trafic, pour autant qu’elle domi­nait sur deux ou trois ports, l’un prochain d’Asie, et l’autre d’Ita­lie : Outre ce avait de fort bon airain, dont on faisait des vaisseaux de grand prix. Fina­le­ment les Romains l’ont du tout ruinée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 68r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_142]
(texte modernisé).

[Corinthien /-ienne. Airain, bronze, cuivre, Laïs.]

[Voir aussi Œdipe ainsi que Grèce et Athènes, Thèbes, Troie.]






















«««  #  »»»

Corinthe. Tresriche, lumiere de la Grece, vene­rienne, corcyre ou certhire, fameuse, marchande, ephire, lasciue, ancienne, greque.

Corinthe ville d’Achaie tresopu­lente, fut premie­re­ment bastie par Sisyphe vn brigand fils d’Æole, & nommee Cor­cyre ou Certhire, & puis Ephire quand elle fut augmen­tee. Or elle fut destruite, & derechef bastie par Corinthe fils d’Oreste ou de Iupi­ter, qui lui bailla son nom. Il y auoit vn temple dedié à Venus, où estoient plus de mille putains de renom, vouees à ceste deesse, lesquelles se prosti­tuoient à tous venans. Elle estoit aussi frequen­tee par gens de traffique, pour autant qu’elle domi­noit sur deux ou trois ports, l’vn prochain d’Asie, & l’autre d’Ita­lie: Outre ce auoit de fort bon airain, dont on faisoit des vaisseaus de grand pris. Fina­le­ment les Rommains l’ont du tout ruinee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 68r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_142]
(texte original).

[Corinthien /-ienne. Airain, bronze, cuiure, Laïs.]

[Voir aussi Oedipe ainsi que Grece et Athenes, Thebes, Troie.]