Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« visage »»»

« visage » dans :
Marot
1539
~ Ô pas épars…
Tyard
1549
~ Sous ton haut front…
Ronsard
1552
~ Son chef est d’or…
Baïf
1555
~ Et des plus belles mains…
1573
~ J’aime ce teint…
Belleau
1565
~ Amour étant lassé…
Turrin
1572
~ Cet œil, cet or…
Desportes
1575
~ Je l’aime bien…
La Jessée
1583
~ Je te sondais ainsi…
Du Monin
1585
~ Pourquoi nenni ?…
Isaac Habert
1585
~ Blonds sont ses longs cheveux…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Belle fleur de quinze ans…
Nostredame
1606
~ Pensons un peu…

~#~














 

Visage. Coloré, laid ou beau, riant, poli, barbu, miroir de l’âme, étoi­lé, appert, suppliant, fardé, bénin, coura­geux, bon ou mauvais, grognard, émi­nent, bien-aimé, morgueux, porte-barbe, enlu­mi­né, débon­naire, joyeux, enflam­bé, honnête ou hono­rable, douteux, attrayant, peintu­ré, droit, pâle, exté­nué, sueux, appa­rent, muable, adeuillé, maigre, plain, moite, encon­te­nan­cé, blandis­sant, neigeux, c.-à-d. blanc, renfro­gné, paisible, honteux, assu­ré, meurtrier, obscur, tourné ou retour­né, amou­reux, naïf, basané, contre­fait, rébar­batif, mi-penché, larmeux, noir, dissi­mu­lé, affreux, terrible, pourpré, mâle, c.-à-d. viril, rigou­reux, serein, luisant, épou­van­table, gracieux, couché ou renver­sé, fier, hideux, modeste, sévère, impor­tun, rouge ou rougissant, silé­nien, double, masqué, vertumnal, c.-à-d. qui se change quand il veut, mena­çant ou hardi, traitis, mineux, fantas­tique, affec­tion­né, mi-pâle, mi-rouge, enne­mi, babil­lard, amiable, semblant ou ressem­blant, trogneux, ridi­cule, atten­tif, figu­ré, appe­lant, c.-à-d. triste et soucié ou chagrin, repré­sen­té ou repré­sen­tant, sourcil­leux, cramoi­si.

Par le seul regard du visage on juge ordi­nai­re­ment la personne. À cette cause les sages disent qu’il est la repré­sen­ta­tion des mœurs.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 280r° [Gallica, N0050715_PDF_566]
(texte modernisé).

[Voir aussi aspect, face, mine de quelqu’un.]























Visage. Colo­ré, laid ou beau, riant, poli, barbu, miroir de l’ame, estoi­lé, apert, suppliant, fardé, benin, coura­geus, bon ou mauuais, grongnard, emi­nent, bien-aimé, morgueus, porte-barbe, enlu­mi­né, debon­naire, ioïeus, enflam­bé, honeste ou hono­rable, douteus, attraiant, peintu­ré, droit, palle, exte­nué, sueus, appa­rent, muable, adüeillé, maigre, plain, moite, encon­te­nan­cé, blandis­sant, neigeus, I. blanc, renfron­gné, paisible, honteus, asseu­ré, meurtrier, obscur, tourné ou retour­né, amou­reus, naïf, baza­né, contre­fait, rebar­batif, mi-panché, larmeus, noir, dissi­mu­lé, affreus, terrible, pourpré, masle, I. virile, rigou­reus, serein, luisant, espou­uan­table, gratieus, couché ou renuer­sé, fier, hideus, modeste, seuere, importun, rouge ou rougis­sant, sile­nien, double, masqué, vertumnal, I. qui se change quand il veut, mena­çant ou hardi, traitis, mineus, fantas­tique, affec­tion­né, mi-palle, mi-rouge, enne­mi, babil­lard, amiable, semblant ou resem­blant, trongneus, ridi­cule, atten­tif, figu­ré, appel­lant, I. triste & soucié ou chagrin, repre­sen­té ou repre­sen­tant, sourcil­leus, cramoi­si.

Par le seul regard du visage on iuge ordi­nai­re­ment la personne. A ceste cause les sages disent qu’il est la repre­sen­ta­tion des meurs.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 280r° [Gallica, N0050715_PDF_566]
(texte original).

[Voir aussi aspect, face, mine d’aucun.]