««« vi­sage »»»

« vi­sage » dans :
Marot
1539
~ Ô pas épars…
Tyard
1549
~ Sous ton haut front…
Ron­sard
1552
~ Tant de cou­leurs…
~ Son chef est d’or…
La Haye
1553
~ Ce petit Dieu m’a mis…
~ Rets tout orin…
Baïf
1555
~ Et des plus belles mains…
1573
~ J’aime ce teint…
Magny
1557
~ Comme un blanc à sagette…
Bel­leau
1565
~ Amour étant las­sé…
Turrin
1572
~ Amour m’a mis ain­si…
~ Cet œil, cet or…
Des­portes
1575
~ Je l’aime bien…
Le Loyer
1576
~ Amour Tyran m’a mis…
Du Monin
1582
~ Neptun, Pluton, Éole…
1585
~ Pourquoi nenni?…
La Jessée
1583
~ Je te son­dais ain­si…
Isaac Habert
1585
~ Blonds sont ses longs che­veux…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Belle fleur de quinze ans…
Nostre­dame
1606
~ Pensons un peu…
Cer­ton
1620
~ Par mon che­min…

~#~
















¶ le « dieu double-visage » (Du Monin) : Janus.
 

Visage. Colo­ré, laid ou beau, riant, poli, bar­bu, mi­roir de l’âme, étoi­lé, appert, sup­pliant, far­dé, bé­nin, cou­ra­geux, bon ou mau­vais, gro­gnard, émi­nent, bien-aimé, mor­gueux, porte-barbe, en­lu­mi­né, dé­bon­naire, joyeux, en­flam­bé, hon­nête ou ho­no­rable, dou­teux, attrayant, pein­tu­ré, droit, pâle, exté­nué, sueux, appa­rent, muable, adeuil­lé, maigre, plain, moite, encon­te­nan­cé, blan­dis­sant, nei­geux, c.-à-d. blanc, ren­fro­gné, pai­sible, hon­teux, assu­ré, meur­trier, obs­cur, tour­né ou re­tour­né, amou­reux, naïf, ba­sa­né, contre­fait, ré­bar­ba­tif, mi-penché, lar­meux, noir, dis­si­mu­lé, affreux, ter­rible, pour­pré, mâle, c.-à-d. vi­ril, ri­gou­reux, se­rein, lui­sant, épou­van­table, gra­cieux, cou­ché ou ren­ver­sé, fier, hi­deux, mo­deste, sévère, im­por­tun, rouge ou rou­gis­sant, silé­nien, double, mas­qué, ver­tum­nal, c.-à-d. qui se change quand il veut, me­na­çant ou har­di, trai­tis, mi­neux, fan­tas­tique, affec­tion­né, mi-pâle, mi-rouge, enne­mi, ba­bil­lard, amiable, sem­blant ou res­sem­blant, tro­gneux, ridi­cule, atten­tif, fi­gu­ré, appe­lant, c.-à-d. triste et sou­cié ou cha­grin, repré­sen­té ou re­pré­sen­tant, sour­cil­leux, cra­moi­si.

Par le seul regard du visage on juge ordi­nai­re­ment la per­sonne. À cette cause les sages disent qu’il est la repré­sen­ta­tion des mœurs.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 280r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_566]
(texte modernisé).

[Voir aussi aspect, face, mine de quel­qu’un et corps humain, ainsi que Janus.]


 

«««  #  »»»

Visage. Colo­ré, laid ou beau, riant, poli, bar­bu, mi­roir de l’ame, estoi­lé, apert, sup­pliant, far­dé, benin, cou­ra­geus, bon ou mau­uais, gron­gnard, emi­nent, bien-aimé, mor­gueus, porte-barbe, enlu­mi­né, de­bon­naire, ioïeus, en­flam­bé, ho­neste ou ho­no­rable, dou­teus, attraiant, pein­tu­ré, droit, palle, exte­nué, sueus, appa­rent, muable, adüeil­lé, maigre, plain, moite, encon­te­nan­cé, blan­dis­sant, nei­geus, I. blanc, ren­fron­gné, pai­sible, hon­teus, asseu­ré, meur­trier, obs­cur, tour­né ou re­tour­né, amou­reus, naïf, ba­za­né, contre­fait, re­bar­ba­tif, mi-panché, lar­meus, noir, dis­si­mu­lé, affreus, ter­rible, pour­pré, masle, I. vi­rile, ri­gou­reus, se­rein, lui­sant, espou­uan­table, gra­tieus, cou­ché ou ren­uer­sé, fier, hi­deus, mo­deste, seuere, im­por­tun, rouge ou rou­gis­sant, sile­nien, double, mas­qué, ver­tum­nal, I. qui se change quand il veut, me­na­çant ou har­di, trai­tis, mi­neus, fan­tas­tique, affec­tion­né, mi-palle, mi-rouge, enne­mi, ba­bil­lard, amiable, sem­blant ou re­sem­blant, tron­gneus, ri­di­cule, atten­tif, figu­ré, appel­lant, I. triste & sou­cié ou cha­grin, repre­sen­té ou re­pre­sen­tant, sour­cil­leus, cra­moi­si.

Par le seul regard du visage on iuge ordi­nai­re­ment la per­sonne. A ceste cause les sages disent qu’il est la repre­sen­ta­tion des meurs.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 280r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_566]
(texte original).

[Voir aussi aspect, face, mine d’aucun et corps humain, ainsi que Ianus.]