««« ja­nus »»»

le « dieu double-visage » dans :
Du Monin
1582
~ Toujours le sein…

~#~
















◊ le « dieu double-visage » (Du Monin).
 

Janus. Père au double front, ancien, tout-voyant, père des dieux, double-face, pru­dent, dou­teux, ro­main, vieil ou vieil­lard, père au double chef, prince du genre hu­main, plante-vigne.

Janus des­cend d’une dic­tion hébraïque Jayn, qui signi­fie vin : Ice­lui régna en Ita­lie du temps que le monde était encore doré et les hommes étaient justes, aux­quels il ensei­gna à semer le blé, et plan­ter la vigne, et du fruit qui en pro­vien­drait en faire des obla­tions, et en vivre sobre­ment. Or ce Janus était le patriarche Noé, recon­nu par les païens pour phi­lo­sophe et théo­lo­gien sur terre. On le pei­gnait ayant deux fronts et deux visages l’un devant et l’autre der­rière, d’autant qu’il a regar­dé aux deux mondes, à celui qui était devant le déluge, et à celui qui fut après.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 131v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_269]
(texte modernisé).

[Voir aussi Saturne.]


 

«««  #  »»»

Ianus. Pere au double front, ancien, tout-voiant, pere des dieux, double-face, pru­dent, dou­teus, ro­main, vieil ou vieil­lard, pere au double chef, prince du genre hu­main, plante-vigne.

Ianus des­cend d’vne dic­tion hebraique Iayn, qui signi­fie vin: Ice­lui regna en Ita­lie du temps que le monde estoit encores doré & les hommes estoient iustes, aus­quels il ensei­gna à semer le bled, & plan­ter la vigne, & du fruit qui en pro­uien­droit en faire des obla­tions, & en viure sobre­ment. Or ce Ianus estoit le patriarche Noé, recon­neu par les paiens pour phi­lo­sophe & theo­lo­gien sur terre. On le pei­gnoit aiant deux fronts & deux visages l’vn deuant & l’autre der­riere, d’autant qu’il a regar­dé aux deux mondes, à celui qui estoit deuant le deluge, & à celui qui fut apres.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 131v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_269]
(texte original).

[Voir aussi Saturne.]