Pierre LE LOYER (1550-1634)
Amour Tyran m’a mis…
Paris, Abel L’Angelier, 1576.

«««

textes de
Le Loyer

»»»


 

 
 
 

 


«««

imi­tation de
Amor m’à posto…

 

Amour Tyran m’a mis comme au soleil la neige,
Comme un blanc à la butte, et comme au feu la cire,
Comme au vent la nuée, et en mon gref martyre
Je quiers merci à Flore, et point ne me soulage.

Elle comme un soleil fait hâler mon visage,
Et crevasse mon corps et mes humeurs attire :
Comme un archer adroit dans mon cœur elle tire,
Et chasse comme un vent, ma force et mon courage.

Sa face est le soleil, mes pensers sont les dards,
Le feu c’est mon désir, c’est mon souci épars,
Qui de nuit, qui de jour fait qu’en Flore je vive.

Et le vent c’est sa voix, c’est son doucereux chant,
Qui charmant mon oreille et mon cœur alléchant,
Exile de mon corps mon âme fugitive.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Amour Tyran m’a mis comme au soleil la neige,
Comme un blanc à la butte, et comme au feu la cire,
Comme au vent la nuée, et en mon gref martyre
Je quiers merci à Flore, et point ne me soulage.

Elle comme un soleil fait hâler mon visage,
Et crevasse mon corps et mes humeurs attire :
Comme un archer adroit dans mon cœur elle tire,
Et chasse comme un vent, ma force et mon courage.

Sa face est le soleil, mes pensers sont les dards,
Le feu c’est mon désir, c’est mon souci épars,
Qui de nuit, qui de jour fait qu’en Flore je vive.

Et le vent c’est sa voix, c’est son doucereux chant,
Qui charmant mon oreille et mon cœur alléchant,
Exile de mon corps mon âme fugitive.

 

En ligne le 25/06/19.
Dernière révision le 29/06/19.