Jean Édouard DU MONIN (1557-1586)
Pourquoi nenni ?
Paris, Guillaume Bichon, 1585.

Sonnet en prose.

Pourquoi nenni ? puisque toujours le visage
Qui nous envisage, ment, s’il ne consent :
Ton Front autre air qu’une Déesse ne sent,
La Vérité la Déesse toujours envisage.

La Grâce qui dessus ce Jaspe fait son ménage,
Jamais ne tourne le dos à qui la va pourchassant :
Si le Jeu toujours au Ris condescend,
Le Ris à l’oui : nenni n’y a d’usage.

Ha ! j’entends que veut dire ce nenni,
Ce n’est que du but je sois banni :
Mais c’est qu’un bon escrimeur se retire

Pour s’avancer : car un tel nenni du Front
Me reculant, me fera bondir plus prompt
À l’autre bout, auquel le doux oui aspire.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Du Monin

dispo­nibles
sur Gallica


 

Sonnet en prose.

Pourquoi nenni ? puisque toujours le visage
Qui nous envisage, ment, s’il ne consent :
Ton Front autre air qu’une Déesse ne sent,
La Vérité la Déesse toujours envisage.

La Grâce qui dessus ce Jaspe fait son ménage,
Jamais ne tourne le dos à qui la va pourchassant :
Si le Jeu toujours au Ris condescend,
Le Ris à l’oui : nenni n’y a d’usage.

Ha ! j’entends que veut dire ce nenni,
Ce n’est que du but je sois banni :
Mais c’est qu’un bon escrimeur se retire

Pour s’avancer : car un tel nenni du Front
Me reculant, me fera bondir plus prompt
À l’autre bout, auquel le doux oui aspire.

 

En ligne le 06/04/13.
Dernière révision le 17/05/17.