««« sai­son »»»

« sai­son » ou « sai­sons » dans :
L’Ecclé­siaste
[1551]
~ Temps de naître, et temps de mourir…
Phi­lieul
1548 [1555]
~ Bienheureux soit… (Canz., 61)
Du Bellay
1550
~ Me soit amour…
Muret
1552
~ Qui en la gaye saison…
Magny
1557
~ Toujours la peste aux Grecs…
Gadou
1573
~ Eure, gentil ruisseau…
Jamyn
1575
~ Si la beauté périt…
Chante­louve
1576
~ Béni soit l’an…
La Jessée
1578
~ Grasinde, qui me fais…
Du Bartas
1578
~ Et de vrai, si d’un rien…
Blan­chon
1583
~ Cueillons les fraîches fleurs…
Cornu
1583
~ Lucrèce, je ne puis…
Jacques de Romieu
1584
~ Qui compte­ra les fleurs…
Joseph Du Chesne
1584
~ Que plutôt les Autans…
Bi­rague
1585
~ Qui compte­ra les fleurs…
Poupo
1590
~ Pour compter les valeurs…
Du Tron­chet
1595
~ Heureux soit ce jour-là… (Canz., 61)
Angot
1603
~ Toute chose prend fin…
~ Ni l’Hiver refroidi…
Malde­ghem
1606
~ Le jour, le mois, et l’an… (Canz., 61)

~#~














 

Saison. Oppor­tune, commode, bonne. vois op­por­tu­ni­té.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 237r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_480]
(texte modernisé).

[La jeune saison. Printemps.]

[Voir aussi automne, été, hiver, printemps.]






















«««  #  »»»

Saison. Oppor­tune, commode, bonne. voi opor­tv­ni­te.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 237r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_480]
(texte original).

[La ieune saison. Printemps.]

[Voir aussi automne, esté, hyuer, printemps .]