Guillaume DU BARTAS (1544-1590)
Et de vrai, si d’un rien…
Paris, Jean Février, 1578.
ouvrir sur Gallica : Second jour, pp. 31-32.

[…] 

Et de vrai, si d’un rien les corps prenaient naissance,
La terre produirait le froment sans semence,
Les Enfants désirés naîtraient des flancs puceaux.
Tout se ferait partout. Quelquefois dans les eaux
S’engendrerait le Cerf, sur terre la Baleine,
Et parmi l’air venteux le Bélier porte-laine.
Les Cormiers, et les Pins naîtraient dans l’Océan :
La noix pendrait du chêne, et du noyer le gland,
Et l’Aigle transgressant de nature la règle,
Produirait la Colombe, et la Colombe l’Aigle.
Que si les corps prenaient d’eux-même accroissement,
L’homme à croître tardif, viendrait en un moment
Tout aussi grand qu’il est : et les forêts ramées
Naîtraient avec les troncs des plantes non semées.
L’Éléphant non sevré, pourrait avant saison
Porter dessus le dos toute une garnison :
Et le poulain, sortant du flanc de la Cavale,
Hennissant après Mars serait un Bucéphale.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Et de vrai, si d’un rien les corps prenaient naissance,
La terre produirait le froment sans semence,
Les Enfants désirés naîtraient des flancs puceaux.
Tout se ferait partout. Quelquefois dans les eaux
S’engendrerait le Cerf, sur terre la Baleine,
Et parmi l’air venteux le Bélier porte-laine.
Les Cormiers, et les Pins naîtraient dans l’Océan :
La noix pendrait du chêne, et du noyer le gland,
Et l’Aigle transgressant de nature la règle,
Produirait la Colombe, et la Colombe l’Aigle.
Que si les corps prenaient d’eux-même accroissement,
L’homme à croître tardif, viendrait en un moment
Tout aussi grand qu’il est : et les forêts ramées
Naîtraient avec les troncs des plantes non semées.
L’Éléphant non sevré, pourrait avant saison
Porter dessus le dos toute une garnison :
Et le poulain, sortant du flanc de la Cavale,
Hennissant après Mars serait un Bucéphale.

[…] 

 

En ligne le 24/12/18.
Dernière révision le 24/12/18.