Marc Papillon de LASPHRISE (1555-1599)
Ton poil, ton œil, ta main…
Paris, Jean Gesselin, 1597.

TOn poil, ton œil, ta main, crêpé, astré, polie,

Si blond, si bluettant, si blanche (alme beauté)
Noue, ard, touche, mes ans, mes sens, ma liberté,
Les plus chers, les plus prompts, la plus parfaite Amie,

Mais ce nœud, mais ce feu, mais ce trait gâte-vie,
Qui m’enlace, m’enflamme, et me navre arrêté,
Étreint, encendre, occit, avecques cruauté,
Quel cheveu, quel flambeau, quelle dextre ennemie ?

Phébus, Cypris, l’Aurore (Ange du plaisant jour)
Ton Poète, ta Mère, et ta cousine Amour,
Porte-crins, porte-rais, porte-doigts agréables,

Puisses-tu donc beau poil, bel œil, et belle main,
Lier, brûler, blesser, mon cœur, mon corps, mon sein,
De cordelles, d’ardeurs, de plaies amiables.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

TOn poil, ton œil, ta main, crêpé, astré, polie,

Si blond, si bluettant, si blanche (alme beauté)
Noue, ard, touche, mes ans, mes sens, ma liberté,
Les plus chers, les plus prompts, la plus parfaite Amie,

Mais ce nœud, mais ce feu, mais ce trait gâte-vie,
Qui m’enlace, m’enflamme, et me navre arrêté,
Étreint, encendre, occit, avecques cruauté,
Quel cheveu, quel flambeau, quelle dextre ennemie ?

Phébus, Cypris, l’Aurore (Ange du plaisant jour)
Ton Poète, ta Mère, et ta cousine Amour,
Porte-crins, porte-rais, porte-doigts agréables,

Puisses-tu donc beau poil, bel œil, et belle main,
Lier, brûler, blesser, mon cœur, mon corps, mon sein,
De cordelles, d’ardeurs, de plaies amiables.

«««  les armes de l’Amour  »»»
 

En ligne le 15/12/04.
Dernière révision le 21/05/16.