««« chien »»»

« chien », « chiens » ou « Chien trois-têtu » dans :
Du Bellay
1550
~ Quand la fureur…
Gadou
1573
~ On entend, en hiver…
Jo­delle
1574
~ Des astres, des forêts…
1575
~ Ton Neptun mon binet
Gou­lart
1574
~ Quand sans neige et froideur…
Joseph Du Chesne
1584
~ Ô Lèthe sommeil­leux…

~#~
















¶ Chien trois-têtu : Cerbère
 

Chien. Aboyant, fidèle, houppe­lu, courant, affa­mé, opi­niâtre, veneur, friand, oreil­lé, impor­tun, veillant, camus, limier, tache­té, noir, ardent, ergo­té, prompt, vigou­reux, souillard, briffaud, gris, force­nant, chasseur, ondé, fauve, mirand, poursui­vant, retrous­sé, gerbaud, tire-fort, puissant, agile, dogue, mordant, furieux, cruel, glapis­sant, jappeur, mauvais, dange­reux, hardi, blanc, vite, famé­lique, avide, glatis­sant, mâtin, charo­gneux, subit, bien-flairant, mut, déli­bé­ré, baudrio­tant, tave­lé, rétif, pasto­ral, effroyable, hurlant, pelu, soigneux, ravis­sant, domes­tique, barbet, gardien, coura­geux, jaqué, basset, gromme­lant, accou­plé, fidèle garde, requé­rant, tave­lé [doublon], léger, quêteur, rebau­di, pesant, quatrouil­lé, hilland, lévrier, Cléraud, Marteau, clabaud ou cla­bau­dant, Joubard, greffier, harpaud, Meigret, Barraud.

Pour autant que la plus grande partie de ces épi­thètes, lesquels j’ai tirés du livre de Véne­rie du seigneur du Fouilloux, sont propres au Chien courant, et que j’ai mis plusieurs noms de ceux qui ont été trouvés les meilleurs en ce plaisant exer­cice, j’ai aussi bien voulu te décla­rer les marques qu’il dit être requises en ce gentil ani­mal signi­fi­ca­tives de sa bonté et beauté. Il faut donc premiè­re­ment qu’un bon et beau Chien ait la tête de moyenne grosseur, et plutôt longue que camuse : Les naseaux gros et ouverts, qui le dénotent être de haut nez : Les oreilles larges et de moyenne épais­seur : Les reins courbés et le jarret droit bien herpé, signi­fient la vitesse : Le rable gros, les hanches grosses et larges, et la cuisse bien troussée : La queue grosse près des reins, et le reste grêle jusques au bout, par laquelle on connaît que le Chien a bonne force aux reins, et qu’il est de longue haleine : Le poil rude au-dessous du ventre, montre qu’il est pénible, ne craignant point les eaux ni le froid : La jambe grosse, le pied de renard, et les ongles gros, font connaître qu’il n’a point le pied gras, et qu’il est fort sur ses membres, pour courir longue­ment sans s’aggra­ver. Et dois entendre qu’on ne voit guère de Chiens retrous­sés, ayant le derrière plus haut que le devant, être vites. Au reste le mâle doit être court et courbé et la lice longue et hoyse.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 58v°-59r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_123_124]
(texte modernisé).

[Chien-portier. Cerbère.]

[Chiens /chiennes. Eumé­nides, Turcs.]

[Guide-chien. Veneur.]

[Meurtrier de chiens. Sanglier.]

[Œil de chien. Aga­mem­non.]

[Voir aussi dogue, limier et Actéon, Scylle.]






















«««  #  »»»

Chien. Abboiant, fidele, houpe­lu, courant, affa­mé, opi­niastre, veneur, friand, aureil­lé, impor­tun, veillant, camus, limier, tache­té, noir, ardent, hergo­té, prompt, vigou­reus, soüillard, briffaud, gris, force­nant, chasseur, ondé, fauue, mirand, poursui­uant, retrous­sé, gerbaud, tire-fort, puissant, agile, dogue, mordant, furieus, cruel glapis­sant, iappeur, mauuais, dange­reus, hardi, blanc, viste, fame­lique, auide, glatis­sant, mastin, charon­gneus, subit, bien-flairant, mut, deli­be­ré, baudrio­tant, taue­lé, retif, pasto­ral, effroiable, hurlant, pelu, soigneus, rauis­sant, domes­tique, barbet, gardien, coura­geus, iaqué, basset, gromme­lant, accou­plé, fidele garde, reque­rant, taue­lé [doublon], leger, questeur, rebau­di, pesant, quatrouil­lé, hilland, leurier, cleraud, marteau, clabaud ou cla­bau­dant, ioubard, greffier, harpaud, meigret, barraud.

Pourautant que la plus­grande partie de ces epi­thetes, lesquels i’ai tirez du liure de Vene­rie du seigneur du Fouilloux, sont propres au Chien courant, & que i’ai mis plusieurs noms de ceux qui ont esté trouuez les meilleurs en ce plaisant exer­cice, i’ai aussi bien voulu te declarer les marques qu’il dit estre requises en ce gentil ani­mal signi­fi­ca­tiues de sa bonté & beauté. Il faut donc premie­re­ment qu’vn bon & beau Chien ait la teste de moienne grosseur, & plustost longue que camuze : Les nazeaus gros & ouuerts, qui le denotent estre de haut nez : Les aureilles larges & de moienne espes­seur : Les reins courbez & le iarret droit bien herpé, signi­fient la vitesse : Le rable gros, les hanches grosses & larges, & la cuisse bien troussee : La queuë grosse pres des reins, & le reste gresle iusques au bout, par laquelle on connoit que le Chien a bonne force aux reins, & qu’il est de longue haleine : Le poil rude au dessoubs du ventre, montre qu’il est penible, ne craignant point les eaux ni le froid : La iambe grosse, le pied de regnard, & les ongles gros, font connoistre qu’il n’a point le pied gras, & qu’il est fort sur ses membres, pour courir longue­ment sans s’agra­uer. Et dois entendre qu’on ne voit gueres de Chiens retrous­sez, aians le derriere plus haut que le deuant, estre vistes. Au reste le masle doit estre court & courbé & la lyce longue & hoyse.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 58v°-59r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_123_124]
(texte original).

[Chien-portier. Cerbere.]

[Chiens /chiennes. Eume­nides, Turcs.]

[Guide-chien. Veneur.]

[Meurtrier de chiens. Sanglier.]

[Œil de chien. Aga­mem­non.]

[Voir aussi dogue, limier et Actæon, Scylle.]