««« loup »»»

« loup » ou « loups » dans :
François Habert
1549
~ Celui qui voir…
Du Bellay
1550
~ Quand la fureur…
Baïf
1555
~ À rames vogue­ra…
Magny
1557
~ J’ai dit cent fois, Pascal…
~ Doncques il sera vrai…
Buttet
1561
~ Plutôt sera l’aigle en l’onde…
Perrin
1574
~ Toujours au plain des champs…
Gou­lart
1574
~ Quand sans neige et froideur…
Jo­delle
1575
~ Ton Neptun mon binet
Le Saulx
1577
~ Plutôt de l’Uni­vers… (Th., 123)
La Jessée
1583
~ Plutôt en paix…
~ Quand l’amitié…
Jamyn
1584 [1879]
~ L’été sera l’hiver…
Joseph Du Chesne
1584
~ Fais plutôt par la bonté tienne…
Du Buys
1585
~ De notre Odet…
Vauque­lin
1586 [1872]
~ Ciel, vous êtes cruel !…
Poupo
1590
~ Mais plutôt les poissons…
Pontay­me­ri
1594
~ Thétis ne verse pas…
Expil­ly
1596
~ Avant qu’une autre Dame…

~#~














 

Loup. Ravis­sant, affa­mé, sauvage, cruel, engou­leur ou en­glou­tis­seur, apu­lien, fami ou fa­meil­leux, insa­tiable, glou­ton, fu­rieux, la peur du berger, mauvais, perni­cieux, achar­né, enne­mi de la brebis, dévo­rant, effroyable, dange­reux, ami des bois, hur­lant, boca­ger, avide, san­glant, inhu­main, famé­lique, nuital, caver­neux, âpre, triste, écu­meux, pillard, insi­dieux. Les dimi­nu­tifs Lou­vet, Lou­ve­teau et Lou­ve­ton.

Le regard d’un Loup est dange­reux, de sorte que s’il choisit l’homme le premier, il lui fera pour lors perdre la parole. En un an il n’est en rut que douze jours, et quand il a faim il mange la terre. On dit que cette bête a un poil en la queue qui sert à l’amour, et que quand elle se sent prise, elle le jette là, et que néan­moins il n’a point de vertu si on ne l’arrache pendant qu’elle est en vie.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 151v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_309]
(texte modernisé).

[Alignée, c.-à-d. qui se présente au Loup pour avoir lignée et géné­ra­tion. Louve.]

[Loup-garrou. Amou­reux ou amant.]

[Voir aussi élé­phant, lion, ours, tigre]






















«««  #  »»»

Loup. Rauis­sant, affa­mé, sauuage, cruel, engou­leur ou en­glou­tis­seur, appu­lien, fami ou fa­meil­leus, insa­tiable, glou­ton, fu­rieus, la peur du berger, mauuais, perni­tieus, achar­né, enne­mi de la brebis, deuo­rant, effroiable, dange­reus, ami des bois, hur­lant, boca­ger, auide, san­glant, inhu­main, fame­lique, nuittal, cauer­neus, aspre, triste, escu­meus, pillard, insi­dieus. Les dim. Lou­uet, Lou­ue­teau & Lou­ue­ton.

Le regard d’vn Loup est dange­reus, de sorte que s’il choisit l’homme le premier, il lui fera pour lors perdre la parole. En vn an il n’est en ruit que douze iours, & quand il a faim il mange la terre. On dit que ceste beste à vn poil en la queuë qui sert à l’amour, & que quand elle se sent prise, elle le iette là, & que neant­moins il n’a point de vertu si on ne l’arrache pendant qu’elle est en vie.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 151v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_309]
(texte original).

[Alignee, I qui se presente au Loup pour auoir lignee & gene­ra­tion. Louue.]

[Loup-garrou. Amou­reus ou aimant.]

[Voir aussi ele­phant, lion, ours, tigre]








Liens

* On peut voir une image du loup et de toute sa nature dans le dossier péda­go­gique de la BnF consacré au Livre de chasse de Gaston Phébus (fin du XIVe siècle), et lire des extraits sur le loup, entre autres ani­maux.

Liens valides au 11/05/19.