««« Par­thes »»»

« Par­thus » (latin), « Par­thes » ou « Par­the » dans :
Vir­gile
1er siècle [1473]
~ Ante leves ergo… (Donc on verra, légers…)
Marot
1532
~ Doncques plu­tôt…
Pon­toux
1579
~ Plutôt ardra…
La Jessée
1583
~ Les Cerfs légers…
Blan­chon
1583
~ L’Amour, la Mort, le sort…

~#~














 

Parthes. Caute­leux, superbes, opi­niâtres, faux, cou­ra­geux, vio­lents, men­teurs, fins, sé­di­tieux, las­cifs, se­crets, bel­li­queux, effroyables, scy­thiens ou scy­thiques, puis­sants, furieux, sagit­taires, fuyards, mar­tiaux, che­va­le­reux.

Les Parthes sont des­cen­dus des Scythes, les­quels ont été si vail­lants et heu­reux en guerre, que s’at­ta­quant aux Romains (jaçoit qu’ils fussent vain­queurs de tout le monde) qui les avaient assail­lis, ils en rappor­tèrent de grandes et glo­rieuses vic­toires. On leur attri­bue aussi la Monar­chie de l’Orient, comme s’ils eussent par­ta­gé l’Em­pire avec les Romains : Pline affirme encore qu’ils tenaient qua­torze royaumes sous leur juri­dic­tion et obé­is­sance. Ils com­bat­taient à course de che­val, ou en fuyant et dis­si­mu­lant quel­que­fois leur fuite, afin de se ruer sur l’enne­mi, s’il se met­tait aucu­ne­ment en désordre. Ce peuple ne fai­sait cas jadis de l’or ni de l’argent, tou­te­fois ils étaient si sujets à leurs plai­sirs, que la plu­ra­li­té des femmes était entre eux reçue.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 195r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_396]
(texte modernisé).

[Voir aussi Turcs ; voir encore Grecs, Romains et Alle­mands, Arabes, Écos­sais, Espa­gnols, Éthio­piens, Flo­ren­tins, Fran­çais, Mores, Sici­liens, Suisses, Véni­tiens…]


 

«««  #  »»»

Parthes. Caute­leus, superbes, opi­niastres, faux, cou­ra­geus, vio­lens, men­teurs, fins, se­di­tieus, las­cifs, se­crets, bel­li­queus, effroiables, scy­thiens ou scy­thiques, puis­sans, furieus, sagit­taires, fuiards, mar­tiaus, che­ua­le­reus.

Les Parthes sont des­cen­dus des Scythes, les­quels ont esté si vail­lans & heu­reus en guerre, que s’atta­quans aux Romains (iaçoit qu’ils fussent vain­queurs de tout le monde) qui les auoient assail­lis, ils en rappor­terent de grandes & glo­rieuses vic­toires. On leur attri­bue aussi la Monar­chie de l’Orient, comme s’ils eussent par­ta­gé l’Empire avec les Romains: Pline afferme encore qu’ils tenoient qua­torze roiaumes soubs leur iuris­dic­tion & obe­is­sance. Ils com­ba­toient à course de che­ual, ou en fuiant & dis­si­mu­lant quelques­fois leur fuite, afin de se ruer sur l’enne­mi, s’il se met­toit aucu­ne­ment en desordre. Ce peuple ne fai­soit cas iadis de l’or ni de l’argent, tou­tes­fois ils estoient si suiets à leurs plai­sirs, que la plu­ra­li­té des femmes estoit entre eux receuë.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 195r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_396]
(texte original).

[Voir aussi Turcs ; voir encore Grecs, Romains et Æthio­piens, Ale­mans, Arabes, Escos­sois, Espa­gnols, Flo­ren­tins, Fran­çois, Mores, Sici­liens, Suisses, Veni­tiens…]