Pierre de BRACH (v.1548-1605)
Mais non, mais non, mes vers…
Bordeaux, Simon Millanges, 1576.
ouvrir sur Gallica : L’Aimée, f° 65r°.

[…] 

Mais non, mais non, mes vers encor ne mourons pas :
Avant que d’avancer l’heure de mon trépas
Défendre je me veux, et manque d’autres armes
Pour remède dernier je prends celui des charmes.
On peut par ce moyen, sous des vers murmurés,
Tirer de leurs tombeaux les esprits conjurés,
Du Soleil flamboyant arrêter la carrière,
Quand il fait dans son char sa course journalière :
On peut dedans le ciel la Lune ensanglanter,
Brider le cours des cieux, les fleuves arrêter :
On peut forçant leurs eaux faire devers leur source,
Retourner contre-mont la roideur de leur course.

Par ces pouvoirs charmeurs, peux-je pas espérer,
Que les charmes pourront un amour conjurer ?
Oui, par eux je veux vaincre cette inhumaine,
Voici le jour dernier qui finit la semaine :
[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Mais non, mais non, mes vers encor ne mourons pas :
Avant que d’avancer l’heure de mon trépas
Défendre je me veux, et manque d’autres armes
Pour remède dernier je prends celui des charmes.
On peut par ce moyen, sous des vers murmurés,
Tirer de leurs tombeaux les esprits conjurés,
Du Soleil flamboyant arrêter la carrière,
Quand il fait dans son char sa course journalière :
On peut dedans le ciel la Lune ensanglanter,
Brider le cours des cieux, les fleuves arrêter :
On peut forçant leurs eaux faire devers leur source,
Retourner contre-mont la roideur de leur course.

Par ces pouvoirs charmeurs, peux-je pas espérer,
Que les charmes pourront un amour conjurer ?
Oui, par eux je veux vaincre cette inhumaine,
Voici le jour dernier qui finit la semaine :
[…] 

 

En ligne le 17/08/09.
Dernière révision le 15/09/10.