Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Plutôt la terre ingrate…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

«««

textes de
La Jessée

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 1-10)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance dans l’amour

»»»

Plutôt la terre ingrate avortera
D’un germe faux, et le Soleil encores
Galopera des nouveaux Coursiers mores :
Et tout le Ciel ses tours arrêtera.

Plutôt l’Aurore en son sein portera
L’humide nuit, que toi Phœbé qui dores
Ton moite front, en luisant recolores :
Et ta clarté noirceur s’appellera.

Plutôt aussi rampant contre leurs courses,
Les fleuves gros tourneront à leurs sources :
Qu’autre Maîtresse anime mes esprits.

Ou bien qu’ailleurs je transporte ma flamme,
Pour être Amant : et veuille, ou non Madame,
Vivant, et mort, je serai d’elle épris.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Plutôt la terre ingrate avortera
D’un germe faux, et le Soleil encores
Galopera des nouveaux Coursiers mores :
Et tout le Ciel ses tours arrêtera.

Plutôt l’Aurore en son sein portera
L’humide nuit, que toi Phœbé qui dores
Ton moite front, en luisant recolores :
Et ta clarté noirceur s’appellera.

Plutôt aussi rampant contre leurs courses,
Les fleuves gros tourneront à leurs sources :
Qu’autre Maîtresse anime mes esprits.

Ou bien qu’ailleurs je transporte ma flamme,
Pour être Amant : et veuille, ou non Madame,
Vivant, et mort, je serai d’elle épris.

 

En ligne le 28/06/07.
Dernière révision le 09/10/12.