Étienne FORCADEL (1519-1578)
Un clair soleil…
Paris, Gilles Corrozet, 1548.

«««

textes de
Forca­del

 


 

 
 
 

 


 

»»»


 

imi­tation de
Dodici donne…

 

UN clair soleil vis dans une nacelle,
Qui outre mer douze étoiles passait,
Et bien autant de dames y reçoit,
C’était la nef du monde la plus belle :
À dire vrai, Jason ne l’eut pas telle,
Quand la toison dorée pourchassait.
Ni le berger, qui sa Troye déçoit.
Bien que ces deux ont louange éternelle.

Je vis après, un chariot branlant,
En plein chemin sur ses roues volant,
Laura sied : ô vision mondaine !
Elle chantait un céleste et clair ton,
Je dis heureux, le Nocher et Carton,
Qui ont conduit ma seule souveraine.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

UN clair soleil vis dans une nacelle,
Qui outre mer douze étoiles passait,
Et bien autant de dames y reçoit,
C’était la nef du monde la plus belle :
À dire vrai, Jason ne l’eut pas telle,
Quand la toison dorée pourchassait.
Ni le berger, qui sa Troye déçoit.
Bien que ces deux ont louange éternelle.

Je vis après, un chariot branlant,
En plein chemin sur ses roues volant,
Laura sied : ô vision mondaine !
Elle chantait un céleste et clair ton,
Je dis heureux, le Nocher et Carton,
Qui ont conduit ma seule souveraine.

«««  topos du songe  »»»
«««  imitation de Dodici donne…  »»»
 

En ligne le 18/04/18.
Dernière révision le 18/04/18.