Guillaume DU BARTAS (1544-1590)
Et de vrai, si d’un rien…
Paris, Jean Février, 1578.
ouvrir sur Gallica : Second jour, pp. 31-32.

[…] 

Et de-vrai, si d’vn rien les cors prenoient naissance,
La terre produiroit le froment sans semence,
Les Enfans desirés naitroient des flancs puceaus.
Tout se feroit par tout. quelquefois dans les eaus
S’engendreroit le Cerf, sur terre la Baleine,
Et parmi l’ær venteus le Belier porte-laine.
Les Cormiers, & les Pins naitroient dans l’Ocean:
La nois pendroit du chéne, & du noier le glan,
Et l’Ægle transgressant de nature la regle,
Produiroit la Colombe, & la Colombe l’Ægle.
Que si les cors prenoient d’eus-méme accroissement,
L’home à croitre tardif, viendroit en vn moment
Tout aussi grand qu’il est : & les foréts ramées
Naitroient auec les troncs des plantes non semées.
L’Elephant non seuré, pourroit auant saison
Porter dessus le dos toute vne garnison:
Et le poulain, sortant du flanc de la Cauale,
Hannissant apres Mars seroit vn Bucephale.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Et de-vrai, si d’vn rien les cors prenoient naissance,
La terre produiroit le froment sans semence,
Les Enfans desirés naitroient des flancs puceaus.
Tout se feroit par tout. quelquefois dans les eaus
S’engendreroit le Cerf, sur terre la Baleine,
Et parmi l’ær venteus le Belier porte-laine.
Les Cormiers, & les Pins naitroient dans l’Ocean:
La nois pendroit du chéne, & du noier le glan,
Et l’Ægle transgressant de nature la regle,
Produiroit la Colombe, & la Colombe l’Ægle.
Que si les cors prenoient d’eus-méme accroissement,
L’home à croitre tardif, viendroit en vn moment
Tout aussi grand qu’il est : & les foréts ramées
Naitroient auec les troncs des plantes non semées.
L’Elephant non seuré, pourroit auant saison
Porter dessus le dos toute vne garnison:
Et le poulain, sortant du flanc de la Cauale,
Hannissant apres Mars seroit vn Bucephale.

[…] 

 

En ligne le 24/12/18.
Dernière révision le 24/12/18.