Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« cerf »»»

« cervi » (latin), « cerfs » ou « cerf » dans :
Virgile
1er siècle [1473]
~ Ante leves ergo…
Marot
1532
~ Doncques plutôt…
Du Bellay
1553
~ Plutôt les Cerfs…
Baïf
1555
~ À rames voguera…
Gadou
1573
~ Plus la douce clarté…
Hesteau
1578
~ La Nature a donné…
~ Plutôt on pourra voir…
La Jessée
1583
~ Plutôt en paix…
~ Les Cerfs légers…
~ Le jeune Cerf navré…
Du Monin
1585
~ Pardonne-moi Nombril…
Claude Garnier
1609
~ Ni mont, ni roc…

~#~














 

Cerf. Fuyard, léger, peureux, chassable, fauve, délicat, bocager ou bocageux, long-encollé, rouge, bramant, vigoureux, rusé, courable, réant, buissonneux, hâlé, brun, malicieux, agile, vagabond, porte-corne, fuitif, vite, sauvage, rameux, léger [doublon], courant, timide, vif, pied-vite, craintif, vieil.

Les anciens histo­rio­graphes disent qu’il fut pris un Cerf ayant un collier au col bien 300 ans après la mort de César, où ses armes étaient engravées, et avait écrit dedans, Cæsarus me fecit : Dont est venu le proverbe latin Cervinos annos vivere. Davan­tage plus un Cerf est vieil, plus est chaud de la biche, et d’elle mieux aimé, qui est au contraire des femmes, lesquelles aiment volontiers mieux les jeunes.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 50v°-51r° [Gallica, N0050715_PDF_107_108]
(texte modernisé).

[Voir aussi biche, chevreuil, daim et Actéon]























Cerf. Fuiard, leger, paoureus, chassable, fauue, delicat, bocager ou bocageus, long-encollé, rouge, braimant, vigoureus, rusé, courable, reant, buissonneus, halé, brun, malitieus, agile, vagabond, porte-corne, fuitif, viste, sauuage, rameus, leger [doublon], courant, timide, vif, pied-uiste, craintif, vieil.

Les anciens histo­rio­graphes disent qu’il fut prins vn Cerf aiant vn collier au col bien 300. ans apres la mort de Cæsar, où ses armes estoient engrauees, & auoit escrit dedans, Cæsarus me fecit : Dont est venu le prouerbe Latin Ceruinos annos viuere. Dauan­tage plus vn Cerf est vieil, plus est chaud de la biche, & d’elle mieux aimé, qui est au contraire des femmes, lesquelles aiment voluntiers mieus les ieunes.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 50v°-51r° [Gallica, N0050715_PDF_107_108]
(texte original).

[Voir aussi biche, cheureil, dain et Actæon]








Liens

* Dans le dossier péda­go­gique de la BnF consacré au Livre de chasse de Gaston Phébus (fin du XIVe siècle), un extrait sur le cerf, entre autres animaux, et parmi les enlu­mi­nures, une image du cerf et de toute sa nature.

Liens valides au 07/12/13.