Jean Antoine de BAÏF (1532-1589)
Ô pas en vain perdus !…
Paris, André Wechel, 1555.
ouvrir sur Gallica : livre II, f° 44r°.

pas en uain perduz! o esperances uaines!
O trop puissant desir! o par trop foible cueur!
O trop flateuse amour! o trop apre langueur!
O mes yeux, non plus yeux, mais de pleurs deux fontaines!

O soulas peu certains, tristesses trop certaines!
O pour si claire foy, trop aueugle rigueur!
O graces, o beautez, dont la belle uigueur
En uigueur entretient touiours fraiches mes peines!

O souhets, o soupirs, o pensers, o regrets!
O prez, campagnes, eaux, o roches, o foretz!
O deesses, o dieux, de la terre & de l’onde.

O ciel, o terre, o mer! O dieu qui luis le iour,
Deesse qui la nuit, Voiez uous autre amour
Qui face qu’en Amant tant de tristesse abonde?

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

O pas en uain perduz! o esperances uaines!
O trop puissant desir! o par trop foible cueur!
O trop flateuse amour! o trop apre langueur!
O mes yeux, non plus yeux, mais de pleurs deux fontaines!

O soulas peu certains, tristesses trop certaines!
O pour si claire foy, trop aueugle rigueur!
O graces, o beautez, dont la belle uigueur
En uigueur entretient touiours fraiches mes peines!

O souhets, o soupirs, o pensers, o regrets!
O prez, campagnes, eaux, o roches, o foretz!
O deesses, o dieux, de la terre & de l’onde.

O ciel, o terre, o mer! O dieu qui luis le iour,
Deesse qui la nuit, Voiez uous autre amour
Qui face qu’en Amant tant de tristesse abonde?

 

En ligne le 19/03/16.
Dernière révision le 21/06/16.