««« Ulys­se »»»

« fin Gré­geois » ou « ce Grec » dans :
La Jessée
1583
~ Qui comme une Ariane…

~#~
















¶ « fin Grégeois »
 

Ulysse. Itha­quois, fin, l’honneur des Grecs, prudent, sisy­phide, fameux, accort, grégeois, laërtide, caut ou cau­te­leux, méchant, soldat de Grèce, homé­rique, facond, arti­san de malice, parjure, menson­ger, fraudu­lent ou frau­du­leux, traître, finet, labo­rieux, duli­chien, endurci, vaga­bond, avi­sé, péné­lo­péan, sage, cordial, rusé, tardif, valeu­reux, cruel, fausse-foi, trompeur, disert, subtil, double, routier ou rotu­rier, vigi­lant, cuncta­teur, mali­cieux, affé­té, expert, lent, maupi­teux, élo­quent, adextre, belli­queux.

Homère prince des poètes menteurs, feint qu’Ulysse fils de Laërte était roi des Îles d’Ithaque et de Duliche, homme très facond, expé­ri­men­té, de grande entre­prise, vaillant et adroit aux armes, et qui endu­rait patiem­ment le travail. Sa femme avait nom Péné­lope : de laquelle il eut Télé­maque, et fut si amou­reux d’elle, que pour n’aller à la guerre de Troie, il fit semblant d’être insen­sé. Toute­fois sa ruse décou­verte par Pala­mède on l’y mena, et vaillam­ment exé­cu­ta plusieurs grands exploits d’armes. Puis après il retour­na en son pays, où s’étant habil­lé comme un mendiant avec l’aide de son fils Télé­maque et de deux siens porchers il mit à mort tous ceux qui pendant son absence avaient fait l’amour à sa femme, excep­té un seule­ment. Enfin un autre de ses enfants nommé Télé­gone par mégarde le tua.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 281r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_568]
(texte modernisé).

[Voir aussi Circé et Charybde, Cyclopes, Iliade, Scylle, Sirènes.]






















«««  #  »»»

Vlysse. Ita­quois, fin, l’honneur des Grecs, prudent, sisy­phide, fameus, accort, gregeois, laertide, caut ou cau­te­leus, meschant, soldat de Grece, home­rique, facond, arti­san de malice, pariure, menson­ger, fraudu­lent ou frau­du­leus, traistre, finet, labo­rieus, duli­chien, endur­ci, vaga­bond, adui­sé, pene­lo­pean, sage, cordial, rusé, tardif, valeu­reus, cruel, fauce-foi, trompeur, disert, subtil, double, routier ou rotu­rier, vigi­lant, cuncta­teur, mali­cieus, affet­té, expert, lent, maupi­teus, elo­quent, adextre, belli­queus.

Homere prince des poëtes menteurs, feint qu’Vlysse fils de Laërte estoit roi des Isles d’Itaque & de Duliche, homme tresfacond, expe­ri­men­té, de grand’entre­prinse, vaillant & adroit aux armes, & qui endu­roit patiem­ment le trauail. Sa femme auoit nom Pene­lope : de laquelle il eut Tele­maque, & fut si amou­reus d’elle, que pour n’aller à la guerre de Troie, il fit semblant d’estre insen­sé. Toutes­fois sa ruse descou­uerte par Pala­mede on l’y mena, & vaillam­ment exe­cu­ta plusieurs grands exploicts d’armes. Puis apres il retour­na en son païs, où s’estant habil­lé comme vn mendiant auec l’aide de son fils Tele­maque & de deux siens porchers il mit à mort tous ceux qui pendant son absence auoient fait l’amour à sa femme, excep­té vn seule­ment. Enfin vn autre de ses enfans nommé Tele­gone par mesgarde le tua.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 281r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_568]
(texte original).

[Voir aussi Circe et Charybde, Cyclopes, Iliade, Scylle, Syrenes.]