««« Pé­né­lope »»»

 

~#~














 

Pénélope. Ica­rienne, chaste, fidèle, grecque, louable, honnête, belle, caute, vertueuse, revêche, indus­trieuse.

Péné­lope fille d’Icare, et femme d’Ulysse, fut à son sexe un miroir de pudique chaste­té. Icelle pendant l’espace de 20 ans que son mari était absent, se voyant par plusieurs d’amour solli­ci­tée, les amu­sa et abusa leur promet­tant ce qu’ils lui deman­daient, quand le tapis qu’elle tenait en ses mains serait para­che­vé. Or elle sage­ment caute­leuse défai­sait la nuit ce qu’elle avait ouvré de jour, et en cette sorte les tint suspens jusques à la venue de son mari, lequel étant aver­ti de cela, se vêtit comme un mendiant, et ainsi reçu d’elle, il passa tous ses languis­sants amou­reux au fil de l’épée.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 200r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_406_407]
(texte modernisé).

[Péné­lo­péan. Ulysse.]

[Voir aussi Pan.]






















«««  #  »»»

Penelope. Ica­rienne, chaste, fidelle, grecque, louable, honneste, belle, caute, vertueuse, reuesche, indus­trieuse.

Penelope fille d’Icare, & femme d’Vlysse, fut à son sexe vn miroir de pudique chaste­té. Icelle pendant l’espace de 20.ans que son mari estoit absent, se voiant par plusieurs d’amour solli­ci­tee, les amu­sa & abusa leur promet­tant ce qui [sic] lui deman­doient, quand le tapis qu’elle tenoit en ses mains seroit para­che­ué. Or elle sage­ment caute­leuse defai­soit la nuict ce qu’elle auoit ouuré de iour, & en ceste sorte les tint suspens iusques à la venuë de son mari, lequel estant aduer­ti de cela, se vestit comme vn mendiant, & ainsi receu d’elle, il passa tous ses languis­sans amou­reus au fil de l’espee.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 200r°v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_406_407]
(texte original).

[Pene­lo­pean. Vlysse.]

[Voir aussi Pan.]