Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Cyclopes »»»

« borgnes Etnéans », « Cyclops », « borgnes Marteleurs » ou « Cyclope » dans :
Hesteau
1578
~ Comme on voit un chevreuil…
Robert Garnier
1579
~ Que les rocs Capharés…
La Jessée
1583
~ Que toutes nos forêts…
Desaurs
1589
~ Tertre jumeau…

~#~
















¶ « les borgnes Etnéans » (Hesteau), « les borgnes Marteleurs » (La Jessée)
 

Cyclopes. Courageux, enfumés, borgnes, hideux, neptunieux, épou­van­tables, superbes, labo­rieux, grands, maussades, hérupés, c.-à-d. horribles, monstrueux, vulca­niens, forgerons, sueux, haletants, nus, renfrognés, siciliens, rudes, cruels, puissants, vieux, gigantins.

Cyclopes étaient géants ou peuple fort ancien de Sicile, demeurant près le mont Etna, n’ayant qu’un œil au front, lesquels on dit avoir premiers inventé la manière de forger l’airain. De là est advenu que les poètes feignent qu’ils sont ministres de Vulcain, et forgent le foudre à Jupiter.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 74r°v° [Gallica, N0050715_PDF_154_155]
(texte modernisé).

[Cyclopéan. Forgeron.]

[Voir aussi Ence­lade, Ulysse.]























Cyclopes. Courageus, enfumez, borgnes, hideus, neptunieux, espou­uan­tables, superbes, labo­rieus, grans, maussades, herupez, I. horribles, monstrueus, vulca­niens, forgerons, sueux, haletans, nuds, renfrongnez, siciliens, rudes, cruels, puissans, vieux, gigantins.

Cyclopes estoient geans ou peuple fort ancien de Sicile, demeurans pres le mont Ætna, n’ayans qu’vn œil au front, lesquels on dit auoir premiers inuenté la maniere de forger l’airain. De là est aduenu que les poëtes feignent qu’ils sont ministres de Vulcan, & forgent le foudre à Iupiter.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 74r°v° [Gallica, N0050715_PDF_154_155]
(texte original).

[Cyclopean. Forgeron.]

[Voir aussi Ence­lade, Vlysse.]