««« Érin­ne »»»

« Érin­nys » ou « Érinnes » dans :
La Jessée
1583
~ Va cruelle Érin­nys…
d’Aubi­gné
[1874]
~ Autant que d’abeilles bour­donnent…

~#~














 

Érinne. Furieuse, éche­ve­lée, tragique, ardente, force­née, orgueil­leuse, cruelle, aché­ron­tique, enra­gée, triste, méchante, porte-torche, stygienne, enser­pen­tée, infer­nale, impa­tiente, horrible, cocy­tide, insen­sée, mena­çante, malheu­reuse, nuitale.

C’est l’une des furies infer­nales.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 90v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_187]
(texte modernisé).

[Voir aussi Eumé­nides et Alec­ton, Mégère, Tisi­phone.]






















«««  #  »»»

Erinne. Furieuse, esche­ue­lee, tragique, ardente, force­nee, orgueil­leuse, cruelle, ache­ron­tique, enra­gee, triste, meschante, porte-torche, stygienne, enser­pen­tee, infer­nale, impa­tiente, horrible, cocy­tide, insensee, mena­çante, malheu­reuse, nuitale.

C’est l’vne des furies infer­nales.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 90v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_187]
(texte original).

[Voir aussi Eume­nides et Alec­ton, Megere, Tisi­phone.]