Francesco PETRARCA (1304-1374)
O passi sparsi… (Canz., 161)
traductions et imitations
Lyon, Jean de Tournes, 1545, pp. 151-152 [←Gallica].

Ò passi sparsi, ò pensier vaghi, e pronti,
Ò tenace memoria, ò fiero ardore,
Ò possente desire, ò debil core,
Ò occhi miei, occhi non già, ma fonti.

Ò fronde, honor de le famose fronti,
Ò sola insegna al gemino valore,
Ò faticosa vita, ò dolce errore,
Che mi fat’ir cercando piagge, e monti,

Ò bel viso, ou’Amor insieme pose
Gli sproni, e’lfreno, ond’ê mi punge, e volue,
Com’a lui piace, e calcitrar non vale,

Ò anime gentili, & amorose,
S’alcuna hà’l mondo, e voi nude ombre, e polue,
Deh restate a veder, qualè’l mio male.

O Paſſi ſparſi o penſier uaghi & pronti

o tenace memoria o fero ardore
o poſſente deſir o debil core
o occhi miei occhi non gia ma fonti
o fronde honor delle famoſe fronti
o ſola inſegna al gemino ualore
o faticoſa uita o dolce errore
che mi fate ir cercando piagge e monti

O bel uiſo oue amore inſeme poſe
gli ſproni el fren ondel mi punge & uolue
come allui piace & calcitrar non uale
o anime gentili & amoroſe
ſalcuna e almondo & uoi nude ombre et polue
de reſtate aueder qual e elmio male

Paris, Gilles Corrozet, 1552, [pdf_3_4] [←Gallica].

O Pas espars, O pensees soubdaines,

O aspre ardeur? O memoire tenante,
O cueur debille? O uolunte puissante?
O uous mes yeulx, nonplus yeulx mais fontaines.

O branche honneur des uainqueurs capitaines,
O seulle enseigne aux poetes duisante,
O doulce erreur, qui soubz uie cuisante,
Me faict aller cherchant & montz & plaines,

O beau uisage ou amour met la bride,
Et l’esperon, dont il me poinct & guide,
Come il luy plaist, et deffense y est uaine,

O gentilz cueurs & ames amoureuses,
Sil en fut oncq, et uous umbres paoureuses
Arrestez uous, pour ueoir quelle est ma peine.

Gesualdo, O viva fiamma… (1549)
Venise, Gabriel Giolito, 1549, p. 32 [←Gallica].

O viva fiamma , o miei sospiri ardenti ,
O miserabil duol , o spirti lassi ,
O pensier d’ogni speme ignudi & cassi ,
O strali nel mio cor fieri & pungenti ;

O bei desir de l’honorate menti ,
O vane imprese , o dolorosi passi ,
O selve , o piaggie , o fonti , o fiumi , o sassi ,
O spietata cagion de miei tormenti :

O gloriosi allori , o verdi mirti ,
O luogo un tempo à me dolce , & giocondo ,
Ove io gia sparsi dilettoso canto ;

O voi leggiadri & amorosi spirti ,
S’alcun vive qua giu nel basso mondo ,
Pieta vi prenda del mio acerbo pianto .

Du Bellay, Ô faible Esprit… (1549)
Paris, Arnoul L’Angelier, 1549, sonnet XLVIII [PDF_29] [←Gallica].

O foible Esprit, chargé de tant de peines,
Que ne ueux-tu soubz la Terre descendre?
O Coeur ardent, que n’es-tu mis en cendre?
O tristes yeux, que n’estes-uous fonteines?

O bien douteux! ô peines trop certaines!
O doulx scauoir, trop amer à comprendre!
O Dieu, qui fais, que tant i’ose entreprendre,
Pourquoy rends-tu mes entreprises uaines?

O ieune Archer, Archer, qui n’as point d’yeux,
Pourquoy si droict as-tu pris ta uisée?
O uif flambeau, qui embrases les Dieux,

Pourquoy as-tu ma froydeur attisée?
O face d’Ange! ô cœur de Pierre dure!
Regarde au moins le torment, que i’endure.

Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552, p. 77 [←Gallica].

O traiz fichez dans le but de mon ame,
O folle emprise, ô pensers repensez,
O vainement mes ieunes ans passez,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chault, ô froyd, qui m’englace & m’enflamme,
O promptz desirs d’esperance cassez,
O doulce erreur, ô paz en vain trassez,
O montz, ô rocz, que ma douleur entame.

O Terre,ô mer, chäos, destins & cieulx,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieux,
O fiere ardeur, ô passion trop forte :

O vous Démons, & vous diuins Espritz,
Si quelque amour quelque foys vous a pris,
Voyez pour dieu quelle peine ie porte.

Paris, André Wechel, 1555, livre II, f° 44r° [←Gallica].

O pas en uain perduz! o esperances uaines!
O trop puissant desir! o par trop foible cueur!
O trop flateuse amour! o trop apre langueur!
O mes yeux, nõ plus yeux, mais de pleurs deux fontaines!

O soulas peu certains, tristesses trop certaines!
O pour si claire foy, trop aueugle rigueur!
O graces, o beautez, dont la belle uigueur
En uigueur entretient touiours fraiches mes peines!

O souhets, o soupirs, o pensers, o regrets!
O prez, campagnes, eaux, o roches, o foretz!
O deesses, o dieux, de la terre & de l’onde.

O ciel, o terre, o mer! O dieu qui luis le iour,
Deesse qui la nuit, Voiez uous autre amour
Qui face qu’en Amant tant de tristesse abonde?

Paris, Vincent Sertenas, 1555, Sonnets, f° 9r°v° [←Gallica].

O sot desir trop vainement perdu,
O lourd discours d’vne vague pensée,
O esperance en rien recompensée,
O tems volage à credit despendu,

O ame, ô sens pour neant esperdu,
O foy par moy trop follement iurée,
O liberté sans profit coniurée,
O fraisle bien longuement attendu,

O cieux cruels, ô grossiere nature,
O fier destin, ô peruerse influence,
O playe estrange, ô estrange pointure,

O peu d’esprit, ô peu de cognoissance,
Si ce bien lá pour qui ce mal i’endure
S’esuanouit deslors de sa naissance.

Paris, Nicolas Bonfons, 1576, Sonnets et Chansons sur son Angélique, n.p. [PDF_94] [←Gallica].

O pas espars, ô penser vagabond,
O souuenir constant, ô fiere ardeur,
O fort desir, ô imbecile cueur,
O mes yeus, yeus non, mais fontaines sont.

O Dame, qui me fait hausser le fronc,
O seule enseigne au Poëtique cœur,
O vie trop peneuse, o doux erreur,
Qu’aller me faict par pleines & par mont.

O beau regard auquel l’amour a mis
L’ espron, & frain, dont il me tourne, & pique,
Comme il luy plaist, sans pouuoir resister.

O vous gentils, & amoureus esprits,
Vous ombres ? qu’on voit par le monde errer,
Voyez l’ennuy que me donne Angelique.

Anvers, Christofle Plantin, 1583, La Marguerite, I, p. 778 [←Gallica].

O guerre, ó paix, ó prise, ó deliurance,
O clair Titan, ó Lune, ó feus diuers,
O iour, ó nuit, ó cris, ó Lyre, ó vers,
O pas, ó soingz, ó peur, ó asseurance.

O faus espoirs, ó desir, ó souffrance,
O braise, ó glace, ó sort, ó maus peruers,
O pleurs, ó ris, ó pensementz ouuers,
O ioye, ó dueil, ó trompeuse apparance.

O gentz, ó champz, ó boys, ó gays Oyseaus,
O drus Poissons, ó fleuues, ó ruisseaus,
O prez, ó fleurs, ó rocz, ó montz, ó plaines.

O froid, ó chaud, ó mer, ó terre, ó Cieus,
O vous Demons, ó Cahos Stygieus:
Voyez pour dieu le comble de mes peines!

























Gramont, Ô pas épars… (1842)
Ferdinand de Gramont, Poésies de Pétrarque,
Paris, Paul Masgana, 1842, sonnet cxxviii, p. 118 [←Gallica].

il est le plus malheureux des amants.

Ô pas épars ; ô pensers errants et fugitifs ; ô tenace mé­moire ; ô cruelle ardeur ; ô puissants désirs ; ô faible cœur ; ô mes yeux, qui n’êtes plus des yeux, mais des fontaines ;

Ô feuillage, honneur des illustres fronts, enseigne unique que suit la double valeur ; ô pénible exis­tence, ô douce erreur, qui me faites parcourir les plaines et les monts ;

Ô visage charmant où l’Amour a placé à la fois les éperons et le frein dont il me pique et me dirige comme il lui plaît, sans qu’il serve à rien de regimber ;

Ô nobles âmes amou­reuses, s’il en est encore au monde, et vous, ombres nues dont les corps sont deve­nus poussière, arrêtez-vous de grâce, et voyez quels maux sont les miens.

Paris, Gilles Corrozet, 1552, [pdf_3_4] [←Gallica].

O Pas espars, O pensees soubdaines,

O aspre ardeur? O memoire tenante,
O cueur debille? O uolunte puissante?
O uous mes yeulx, nonplus yeulx mais fontaines.

O branche honneur des uainqueurs capitaines,
O seulle enseigne aux poetes duisante,
O doulce erreur, qui soubz uie cuisante,
Me faict aller cherchant & montz & plaines,

O beau uisage ou amour met la bride,
Et l’esperon, dont il me poinct & guide,
Come il luy plaist, et deffense y est uaine,

O gentilz cueurs & ames amoureuses,
Sil en fut oncq, et uous umbres paoureuses
Arrestez uous, pour ueoir quelle est ma peine.

Gesualdo, O viva fiamma… (1549)
Venise, Gabriel Giolito, 1549, p. 32 [←Gallica].

O viva fiamma , o miei sospiri ardenti ,
O miserabil duol , o spirti lassi ,
O pensier d’ogni speme ignudi & cassi ,
O strali nel mio cor fieri & pungenti ;

O bei desir de l’honorate menti ,
O vane imprese , o dolorosi passi ,
O selve , o piaggie , o fonti , o fiumi , o sassi ,
O spietata cagion de miei tormenti :

O gloriosi allori , o verdi mirti ,
O luogo un tempo à me dolce , & giocondo ,
Ove io gia sparsi dilettoso canto ;

O voi leggiadri & amorosi spirti ,
S’alcun vive qua giu nel basso mondo ,
Pieta vi prenda del mio acerbo pianto .

Du Bellay, Ô faible Esprit… (1549)
Paris, Arnoul L’Angelier, 1549, sonnet XLVIII [PDF_29] [←Gallica].

O foible Esprit, chargé de tant de peines,
Que ne ueux-tu soubz la Terre descendre?
O Coeur ardent, que n’es-tu mis en cendre?
O tristes yeux, que n’estes-uous fonteines?

O bien douteux! ô peines trop certaines!
O doulx scauoir, trop amer à comprendre!
O Dieu, qui fais, que tant i’ose entreprendre,
Pourquoy rends-tu mes entreprises uaines?

O ieune Archer, Archer, qui n’as point d’yeux,
Pourquoy si droict as-tu pris ta uisée?
O uif flambeau, qui embrases les Dieux,

Pourquoy as-tu ma froydeur attisée?
O face d’Ange! ô cœur de Pierre dure!
Regarde au moins le torment, que i’endure.

Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552, p. 77 [←Gallica].

O traiz fichez dans le but de mon ame,
O folle emprise, ô pensers repensez,
O vainement mes ieunes ans passez,
O miel, ô fiel, dont me repaist Madame.

O chault, ô froyd, qui m’englace & m’enflamme,
O promptz desirs d’esperance cassez,
O doulce erreur, ô paz en vain trassez,
O montz, ô rocz, que ma douleur entame.

O Terre,ô mer, chäos, destins & cieulx,
O nuit, ô iour, ô Manes stygieux,
O fiere ardeur, ô passion trop forte :

O vous Démons, & vous diuins Espritz,
Si quelque amour quelque foys vous a pris,
Voyez pour dieu quelle peine ie porte.

Paris, André Wechel, 1555, livre II, f° 44r° [←Gallica].

O pas en uain perduz! o esperances uaines!
O trop puissant desir! o par trop foible cueur!
O trop flateuse amour! o trop apre langueur!
O mes yeux, nõ plus yeux, mais de pleurs deux fontaines!

O soulas peu certains, tristesses trop certaines!
O pour si claire foy, trop aueugle rigueur!
O graces, o beautez, dont la belle uigueur
En uigueur entretient touiours fraiches mes peines!

O souhets, o soupirs, o pensers, o regrets!
O prez, campagnes, eaux, o roches, o foretz!
O deesses, o dieux, de la terre & de l’onde.

O ciel, o terre, o mer! O dieu qui luis le iour,
Deesse qui la nuit, Voiez uous autre amour
Qui face qu’en Amant tant de tristesse abonde?

Paris, Vincent Sertenas, 1555, Sonnets, f° 9r°v° [←Gallica].

O sot desir trop vainement perdu,
O lourd discours d’vne vague pensée,
O esperance en rien recompensée,
O tems volage à credit despendu,

O ame, ô sens pour neant esperdu,
O foy par moy trop follement iurée,
O liberté sans profit coniurée,
O fraisle bien longuement attendu,

O cieux cruels, ô grossiere nature,
O fier destin, ô peruerse influence,
O playe estrange, ô estrange pointure,

O peu d’esprit, ô peu de cognoissance,
Si ce bien lá pour qui ce mal i’endure
S’esuanouit deslors de sa naissance.

Paris, Nicolas Bonfons, 1576, Sonnets et Chansons sur son Angélique, n.p. [PDF_94] [←Gallica].

O pas espars, ô penser vagabond,
O souuenir constant, ô fiere ardeur,
O fort desir, ô imbecile cueur,
O mes yeus, yeus non, mais fontaines sont.

O Dame, qui me fait hausser le fronc,
O seule enseigne au Poëtique cœur,
O vie trop peneuse, o doux erreur,
Qu’aller me faict par pleines & par mont.

O beau regard auquel l’amour a mis
L’ espron, & frain, dont il me tourne, & pique,
Comme il luy plaist, sans pouuoir resister.

O vous gentils, & amoureus esprits,
Vous ombres ? qu’on voit par le monde errer,
Voyez l’ennuy que me donne Angelique.

Anvers, Christofle Plantin, 1583, La Marguerite, I, p. 778 [←Gallica].

O guerre, ó paix, ó prise, ó deliurance,
O clair Titan, ó Lune, ó feus diuers,
O iour, ó nuit, ó cris, ó Lyre, ó vers,
O pas, ó soingz, ó peur, ó asseurance.

O faus espoirs, ó desir, ó souffrance,
O braise, ó glace, ó sort, ó maus peruers,
O pleurs, ó ris, ó pensementz ouuers,
O ioye, ó dueil, ó trompeuse apparance.

O gentz, ó champz, ó boys, ó gays Oyseaus,
O drus Poissons, ó fleuues, ó ruisseaus,
O prez, ó fleurs, ó rocz, ó montz, ó plaines.

O froid, ó chaud, ó mer, ó terre, ó Cieus,
O vous Demons, ó Cahos Stygieus:
Voyez pour dieu le comble de mes peines!

























textes originaux
[R]

 

En ligne le 14/02/16.
Dernière révision le 21/06/16.