Étienne PASQUIER (1529-1615)
Ô sot désir…
Paris, Vincent Sertenas, 1555.

 

textes de
Pas­quier

»»»


«««

ana­phore de
« ô »
(vers 1-12)

»»»


«««

imi­ta­tion de
O passi sparsi…

»»»

ouvrir sur Gallica : Sonnets, f° 9r°.

Ô sot désir trop vainement perdu,
Ô lourd discours d’une vague pensée,
Ô espérance en rien récompensée,
Ô temps volage à crédit dépendu,

Ô âme, ô sens pour néant éperdu,
Ô foi par moi trop follement jurée,
Ô liberté sans profit conjurée,
Ô frêle bien longuement attendu,

Ô cieux cruels, ô grossière nature,
Ô fier destin, ô perverse influence,
Ô plaie étrange, ô étrange pointure,

Ô peu d’esprit, ô peu de connaissance,
Si ce bien-là pour qui ce mal j’endure
S’évanouit dès lors de sa naissance.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

 

textes de
Pas­quier

»»»

«««

1555

»»»

«««

ana­phore
de « ô »

»»»



texte
ori­ginal



~#~

Ô sot désir trop vainement perdu,
Ô lourd discours d’une vague pensée,
Ô espérance en rien récompensée,
Ô temps volage à crédit dépendu,

Ô âme, ô sens pour néant éperdu,
Ô foi par moi trop follement jurée,
Ô liberté sans profit conjurée,
Ô frêle bien longuement attendu,

Ô cieux cruels, ô grossière nature,
Ô fier destin, ô perverse influence,
Ô plaie étrange, ô étrange pointure,

Ô peu d’esprit, ô peu de connaissance,
Si ce bien-là pour qui ce mal j’endure
S’évanouit dès lors de sa naissance.

 

En ligne le 21/06/16.
Dernière révision le 17/11/18.