Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Si les Nochers sauvés…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

Si les Nochers sauvés d’un naufrager malheur,
Appendent leur dépouille à NeptunRoi de l’onde :
Combien, Priape heureux, combien te doit le monde,
À toi Père commun, mâle, et dépuceleur ?

Hardi membre gaillard, et qui vaincs ton vainqueur,
En toi la grandsouplesse, et la vigueur abonde :
Toi qui fais égoutter ta semence féconde
Aux endroits abreuvés d’une tiède liqueur.

Ô des hommes choquants la vive, et roide lance !
Des femmes le soulas, des Vierges l’espérance :
Doux Ami de Nature, et notre vrai support !

Tu fais multiplier nos races sur la terre,
Tu répares les maux de la peste, et la guerre :
Et par toi seul encor la Mort en vain nous mord.

On peut cliquer sur certains motspour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Si les Nochers sauvés d’un naufrager malheur,
Appendent leur dépouille à NeptunRoi de l’onde :
Combien, Priape heureux, combien te doit le monde,
À toi Père commun, mâle, et dépuceleur ?

Hardi membre gaillard, et qui vaincs ton vainqueur,
En toi la grandsouplesse, et la vigueur abonde :
Toi qui fais égoutter ta semence féconde
Aux endroits abreuvés d’une tiède liqueur.

Ô des hommes choquants la vive, et roide lance !
Des femmes le soulas, des Vierges l’espérance :
Doux Ami de Nature, et notre vrai support !

Tu fais multiplier nos races sur la terre,
Tu répares les maux de la peste, et la guerre :
Et par toi seul encor la Mort en vain nous mord.

«««  sonnet à Priape  »»»
 

En ligne le 17/10/15.
Dernière révision le 21/11/15.