Clovis HESTEAU (?-?)
Passants ne cherchez plus…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.
ouvrir sur Gallica : Amours, sonnet LXVII, f° 49v°.

Passants ne cherchez plus dessous l’Orque infernale
D’Ixion, de Sisyphe, et des Bélides sœurs
Comme aux siècles passés les travaux punisseurs,
Ni l’importune soif du malheureux Tantale.

Ni cherchez plus le feu du serviteur d’Omphale,
Ni du fils d’Agénor les oiseaux ravisseurs,
Le fuseau, le travail, les ciseaux meurtrisseurs,
Ni l’effroyable horreur de la troupe fatale.

Car sans tenter Junon, sans tuer, sans voler,
Je tourne, monte, emplis, roue, cuve, rocher :

Et sans tromper les Dieux, ou leurs secrets redire,

La soif me cuit dans l’eau et ne puis l’étancher,
Mille fâcheux Démons me ravissent ma chair,
Et bref dans moi Pluton s’est fait une autre Empire.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Passants ne cherchez plus dessous l’Orque infernale
D’Ixion, de Sisyphe, et des Bélides sœurs
Comme aux siècles passés les travaux punisseurs,
Ni l’importune soif du malheureux Tantale.

Ni cherchez plus le feu du serviteur d’Omphale,
Ni du fils d’Agénor les oiseaux ravisseurs,
Le fuseau, le travail, les ciseaux meurtrisseurs,
Ni l’effroyable horreur de la troupe fatale.

Car sans tenter Junon, sans tuer, sans voler,
Je tourne, monte, emplis, roue, cuve, rocher :

Et sans tromper les Dieux, ou leurs secrets redire,

La soif me cuit dans l’eau et ne puis l’étancher,
Mille fâcheux Démons me ravissent ma chair,
Et bref dans moi Pluton s’est fait une autre Empire.

 

En ligne le 30/05/08.
Dernière révision le 30/10/10.