Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« Bélides »»»

« Bélides sœurs » dans :
Hesteau
1578
~ Passants ne cherchez plus…

~#~
















¶ les Bélides : les Danaïdes
 

Béléides ou Bélides. Cruelles, sœurs meurtrières, abo­mi­nables, danaïdes, misé­rables, inhu­maines, sanglantes, malheu­reuses, détes­tables, iniques, méchantes, exé­crables.

Ces Béléides furent 50 filles de Danaüs fils de Bélus, lesquelles épou­sèrent les 50 enfants d’Égypte frère d’icelui Danaüs, qui leur donna conseil de couper la gorge à chacun de leurs maris la première nuit des noces. Ce que toutes exé­cu­tèrent fors Hypermnestre, laquelle eut pitié de son mari Lyncée, qui par après tua Danaüs et s’empara de son royaume d’Argos. Or pour le malfait commis par les filles, les poètes feignent qu’elles sont condamnées aux enfers d’emplir d’eau un muid percé.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 33v° [Gallica, N0050715_PDF_73]
(texte modernisé).

[Bélide. Danaüs.]

[Voir aussi les suppliciés Ixion, Phinée, Sisyphe, Tantale.]























Beleides ou Belides. Cruelles, sœurs meurtrieres, abho­mi­nables, danaïdes, mise­rables, inhu­maines, sanglantes, malheu­reuses, detes­tables, iniques, meschantes, exe­crables.

Ces Beleïdes furent 50. filles de Danaüs fils de Belus, lesquelles espou­serent les 50. enfans d’Ægisthe [sic] frere d’icelui Danaüs, qui leur donna conseil de coupper la gorge à chacun de leurs maris la premiere nuit des nopces. Ce que toutes exe­cu­terent fors Hypermnestre, laquelle eut pitié de son mari Lyncee, qui par apres tua Danaüs & s’empara de son roiaume d’Arges. Or pour le malfait commis par les filles, les poëtes feignent qu’elles sont condamnees aux enfers d’emplire d’eau vn muid percé.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 33v° [Gallica, N0050715_PDF_73]
(texte original).

[Belide. Danaüs.]

[Voir aussi les suppliciés Ixion, Phinee, Sisyphe, Tantale.]