Clovis HESTEAU (?-?)
Passants ne cherchez plus…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.

Passans ne cerchez plus dessous l’Orque infernale
D’Ixion, de Sisiphe, & des Bellides sœurs
Comme aux siecles passez les trauaux punisseurs,
Ny l’importune soif du mal-heureux Tantale.

Ny cerchez plus le feu du seruiteur d’Omphale,
Ny du fils d’Agenor les oiseaux rauisseurs,
Le fuseau, le trauoil, les ciseaux meurtrisseurs,
Ny l’effroyable horreur de la trouppe fatale.

Car sans tenter Iunon, sans tuer, sans voller,
Je tourne, monte, emplis, roue, cuue, rocher:
Et sans tromper les Dieux, ou leurs secrets redire,

La soif me cuit dans l’eau & ne puis l’estancher,
Mille fascheux Daimons me rauissent ma chair,
Et bref dans moy Pluton s’est fait vne autre Empire.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Passans ne cerchez plus dessous l’Orque infernale
D’Ixion, de Sisiphe, & des Bellides sœurs
Comme aux siecles passez les trauaux punisseurs,
Ny l’importune soif du mal-heureux Tantale.

Ny cerchez plus le feu du seruiteur d’Omphale,
Ny du fils d’Agenor les oiseaux rauisseurs,
Le fuseau, le trauoil, les ciseaux meurtrisseurs,
Ny l’effroyable horreur de la trouppe fatale.

Car sans tenter Iunon, sans tuer, sans voller,
Je tourne, monte, emplis, roue, cuue, rocher:
Et sans tromper les Dieux, ou leurs secrets redire,

La soif me cuit dans l’eau & ne puis l’estancher,
Mille fascheux Daimons me rauissent ma chair,
Et bref dans moy Pluton s’est fait vne autre Empire.

 

En ligne le 14/12/04.
Dernière révision le 05/07/19.