Jean Édouard DU MONIN (1557-1586)
Toujours le sein…
Nouvelles Œuvres, Amours et Contramours,
Paris, Jean Parant, 1582.

Touiour le sein de la pleureuse Hyade,
Le goubeau frais de l’Echanson Troien
Ioignant à soi la baueuse Pleiade,
Ne vont noïant notre val terrien.

Mais à la fin la campagne ecumeuse
Tarit les pleurs d’Electre & de ses sœurs,
Et de Titan la face radieuse
Change en nos près ces moites pleurs en fleurs.

Sur le nocher le mari d’Orithie
Touiour ne bouffe vn gosier briseroc:
L’âpre Mauors, verse-sang, ote-vie
Touiour n’afile vn furieus estoc.

Le temple saint du dieu double visage
N’ouure touiour à Bellone ses huis :
L’oliue en fin de Minerue la sage
Des fiers canons étoupe les pertuis.

Aprés auoir sué par meintes Lunes
Soùs le harnois du boutefeu Amour,
Aiant pleuré tant de nuis importunes
L’Eclipse honteus de mon printanier jour:

En fin en fin sainte Eleutherillide
Demantelant mon gros air epoissi
Ouure l’oreille à ma troupe Aonide
Dardant chez moi vn beau rais eclairci.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Touiour le sein de la pleureuse Hyade,
Le goubeau frais de l’Echanson Troien
Ioignant à soi la baueuse Pleiade,
Ne vont noïant notre val terrien.

Mais à la fin la campagne ecumeuse
Tarit les pleurs d’Electre & de ses sœurs,
Et de Titan la face radieuse
Change en nos près ces moites pleurs en fleurs.

Sur le nocher le mari d’Orithie
Touiour ne bouffe vn gosier briseroc:
L’âpre Mauors, verse-sang, ote-vie
Touiour n’afile vn furieus estoc.

Le temple saint du dieu double visage
N’ouure touiour à Bellone ses huis :
L’oliue en fin de Minerue la sage
Des fiers canons étoupe les pertuis.

Aprés auoir sué par meintes Lunes
Soùs le harnois du boutefeu Amour,
Aiant pleuré tant de nuis importunes
L’Eclipse honteus de mon printanier jour:

En fin en fin sainte Eleutherillide
Demantelant mon gros air epoissi
Ouure l’oreille à ma troupe Aonide
Dardant chez moi vn beau rais eclairci.

[…] 

 

En ligne le 05/11/19.
Dernière révision le 07/12/19.