««« Pi­thon »»»

« Pithon » ou « Peithon » dans :
Ron­sard
1552
~ Quand au premier…
Baïf
1552
~ Tu as les yeux…
Le Caron
1554
~ Où prit Jupin…
La Bode­rie
1571
~ Phébus, Peithon…
Le Loyer
1579
~ Du lustre, des appâts…
Cathe­rine Des Roches
1583
~ Pithon, Diane, Minerve…
~ Les Muses, la Pithon…
Expil­ly
1596
~ Cypris, Pithon, Minerve…
Las­phrise
1597
~ Phèbe, Cypris, Pithon…

~#~
















* Pithon : Peitho

Source du commen­taire : Muret, 1553.

 

Pithon. Faconde, élo­quente, diserte, persua­sive, divine.

Les anciens ont cru que Pithon était déesse d’Élo­quence, ou de Persua­sion, nommée par les Latins Suada, ou Suade­la : Les Grecs la soulaient peindre pour une des compagnes de Vénus, entre les Grâces, parce que le bien parler est une chose des mieux séantes, et plus requises à faire l’amour.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 208r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_422]
(texte modernisé).






















«««  #  »»»

Pithon. Faconde, elo­quente, diserte, persua­siue, diuine.

Les anciens ont creu que Pithon estoit deesse d’Elo­quence, ou de Persua­sion, nommee par les Latins Suada, ou Suade­la : Les Grecs la souloient peindre pour vne des compagnes de Venus, entre les Graces, parce que le bien parler est vne chose des mieux seantes, & plus requises à faire l’amour.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 208r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_422]
(texte original).








Liens

* On peut lire l’article PEITHO, du Diction­naire des Anti­qui­tés grecques et romaines de Daram­berg et Salio (1877), inté­gra­le­ment acces­sible en mode images et faci­le­ment consul­table sur le site conçu par des ensei­gnants d’histoire de l’Uni­ver­si­té de Toulouse Le Mirail.

Liens valides au 13/01/19.