Loys LE CARON (1534-1613)
Les dieux enfin…
Paris, Vincent Sertenas, 1554.
ouvrir sur Gallica : Sonnets, 7, f° 4v°.

Les dieux enfin des hommes amoureux
Tous étonnés de voir reluire encore
Le feu ravi par le sage, qui dore
Plus que jamais le monde désireux

Eurent pitié de leurs maux langoureux,
Et pour bannir la vulgaire Pandore
Par Apollon ont fait façonner ore
Le don divin plus que fut l’autre heureux.

Pallas voulut t’étrenner la première
De sa prudence, et Phébus de lumière,
De sa beauté Vénus te décora,

Le Nomien t’enrichit de faconde,
Cérès donna sa richesse féconde,
Ma Claire ainsi chacun Dieu t’honnora.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Les dieux enfin des hommes amoureux
Tous étonnés de voir reluire encore
Le feu ravi par le sage, qui dore
Plus que jamais le monde désireux

Eurent pitié de leurs maux langoureux,
Et pour bannir la vulgaire Pandore
Par Apollon ont fait façonner ore
Le don divin plus que fut l’autre heureux.

Pallas voulut t’étrenner la première
De sa prudence, et Phébus de lumière,
De sa beauté Vénus te décora,

Le Nomien t’enrichit de faconde,
Cérès donna sa richesse féconde,
Ma Claire ainsi chacun Dieu t’honnora.

 

En ligne le 15/03/18.
Dernière révision le 12/06/18.