««« sou­fre »»»

« soufre » dans :
Jamyn
1575
~ Tant de feux aux carfours…
Certon
1620
~ L’épou­van­table plant…

~#~














 

Soufre. Ardent, sici­lien, chaud, ami du foudre, bitu­mi­neux, pétil­lant, vif, azu­ré, fumeux, puant, miné­ral, sec, etné­an, gras, subtil, noircis­sant.

On trouve du Soufre de diverses couleurs : Car il y en a de vert, de jaune, de cendré, et de pâle. Quant au Soufre vif et natu­rel, il est cendré en dehors, et jaunâtre en dedans, quand on le rompt, et est relui­sant comme les vers qui luisent la nuit, et se trouve ès mines du Soufre arti­fi­ciel.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
ff. 250v°-251r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_507_508]
(texte modernisé).

[Ami du soufre. Flambeau.]

[Ensou­fré /-ée. Canon, Etna, foudre, fumée, haque­bute ou arque­buse, Pluton, terre, tonnerre.]

[Soufré. Montgi­bel.]

[Sulfu­ré /-ée. Chaleur, Etna, fumée, Montgi­bel.]

[Sulfu­reux. Foudre.]

[Voir aussi cinabre.]






















«««  #  »»»

Souffre ou Soulfre. Ardent, sici­lien, chaud, ami du foudre, bitu­mi­neus, petil­lant, vif, azu­ré, fumeus, puant, mine­ral, sec, ætne­an, gras, subtil, noircis­sant.

On trouue du Souffre de diuerses couleurs : Car il y en a de verd, de iaune, de cendré, & de palle. Quand au Souffre vif & natu­rel, il est cendré en dehors, & iaunastre en dedans, quand on le rompt, & est relui­sant comme les vers qui luisent la nuit, & se trouue és mines du Souffre arti­fi­ciel.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
ff. 250v°-251r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_507_508]
(texte original).

[Ami du souphre. Flambeau.]

[Ensou­phré [+ensouf­fré] /-ee. Ætna, canon, foudre, fumee, haque­bute ou harque­buze, Pluton, terre, tonnerre.]

[Souphré. Montgi­bel.]

[Sulphu­ré /-ee. Ætna, fumee, chaleur, Montgi­bel.]

[Sulphu­reus. Foudre.]

[Voir aussi cinabre.]