««« é­bè­ne »»»

« é­bè­ne » dans :
Ron­sard
1552
~ Ce beau corail…
~ Le feu ju­meau…
Magny
1557
~ Ces beaux che­veux dorés…
Le Loyer
1579
~ Sous un voile mortel…
Claude Garnier
1609
~ Ces feux ju­meaux…
Lope de Vega (Lance­lot, traduc­teur)
1622
~ Tous les ruis­seaux ouverts…

~#~














 

Ébène. Noir, poli, dur, éthio­pien, lisse, pesant, ferme, indien, odo­rant, massif.

Ébène est un bois odo­rant qu’on apporte des Indes, et d’Éthio­pie, ayant par dehors couleur de buis, mais fort noir par le dedans, lequel étant coupé devient aussi dur qu’une pierre, et pour sec qu’il soit va toujours au fond de l’eau.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 123r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_252]
(texte modernisé).

[Ébénins. Sourcils.]






















«««  #  »»»

Hebene ou Ebene. Noir, poli, dur, æthio­pien, lisse, pesant, ferme, indien, odo­rant, massif.

Hebene est vn bois odo­rant qu’on apporte des Indes, & d’Æthio­pie, aiant par dehors couleur de buys, mais fort noir par le dedans, lequel estant couppé deuient aussi dur qu’vne pierre, & pour sec qu’il soit va tousiours au fond de l’eau.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 123r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_252]
(texte original).

[Ebenins. Sourcils.]