««« Para­dis »»»

« paradis » ou « Paradis » dans :
Des Autels
1551
~ J’étais tout seul…
Ron­sard
1552
~ Petit nombril…
~ Le feu jumeau…
Buttet
1561
~ Un lourd esprit…
Chante­louve
1576
~ Plutôt Jupin…
La Jessée
1583
~ Ma Nymphe a les yeux verts…
~ Celui compte les feux…
Blan­chon
1583
~ J’aime plus que mes yeux…
Bi­rague
1585
~ Si quand le corps…
Du Monin
1585
~ Ô du sacré Nombril…
De­saurs
1589
~ Main mille fois…
Nostre­dame
1606
~ Pensons un peu…

~#~














 

Paradis. Heureux, céleste, immor­tel, glorieux, beau, infi­ni, divin, éter­nel, saint, déli­cieux. vois béa­ti­tude.

Paradis était un lieu de la terre très plaisant et agré­able, arro­sé de tous côtés de fleuves et eaux courantes, habi­té par nos premiers parents. Mainte­nant nous enten­dons par ce mot la féli­ci­té éter­nelle, qui est le lieu de toutes délices et de conten­te­ment.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 192r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_390]
(texte modernisé).

[Paradis de France. Anjou.]

[Paradis terrestre. Jardin.]

[Voir aussi Abel et Église.]






















«««  #  »»»

Paradis. Heureus, celeste, immor­tel, glorieus, beau, infi­ni, diuin, æter­nel, saint, deli­tieus. voi bea­ti­tvde.

Paradis estoit vn lieu de la terre tresplai­sant & agre­able, arrou­sé de tous costez de fleuues & eaux courantes, habi­té par noz premiers parens. Mainte­nant nous enten­dons par ce mot la feli­ci­té æter­nelle, qui est le lieu de toutes delices & de conten­te­ment.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 192r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_390]
(texte original).

[Paradis de France. Aniou.]

[Paradis terrestre. Iardin.]

[Voir aussi Abel et Eglise.]