Pierre de RONSARD (1524-1585)
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1553.

LE feu jumeau de Madame brûlait
Par le rayon de sa flamme divine,
L’amas pleureux d’une obscure bruine
Qui de leur jour la lumière celait.

Un bel argent chaudement s’écoulait
Dessus sa joue, en la gorge ivoirine,
Au paradis de sa chaste poitrine,
Où l’Archerot ses flèches émoulait.

De neige tiède était sa face pleine,
D’or ses cheveux, ses deux sourcils d’ébène,
Les yeux m’étaient un bel astre fatal :

Roses et lis, où la douleur contrainte
Formait l’accent de sa juste complainte,
Feu ses soupirs, ses larmes un cristal.

«««  Commen­taires  »»»
de Muret

Le feu jumeau.) Il conti­nue encore à dé­crire la conte­nance de sa dame étant ainsi fâ­chée. Un bel argent.) Il en­tend les larmes. Émou­lait.) Aigui­sait. De neige tiède.) Ces six carmes sont presque tra­duits de Pé­trarque.

   La testa or fino, e calda neue il volto,
Hebeno i cigli, e gli occhi eran due stelle,
Ond’ Amor l’arco non tendeua in fallo:
   Perle e rose vermiglie, oue l’accolto
Dolor formaua ardenti voci e belle,
Fiamma i sospir, le lagrime crystallo.

____
[texte modernisé]
[R]

 
 

En ligne le 10/09/14.
Dernière révision le 09/10/19.