Pierre de RONSARD (1524-1585)
Que tout partout…
Paris, veuve Maurice de La Porte, 1552.

«««

textes de
Ron­sard

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-8)

»»»


«««

»»»


 

propos :
le par­jure de
l’ai­mée

»»»

ouvrir sur Gallica : Sonnets, p. 64.

Que tout par tout dorenauant se mue:
soyt desormais Amour soulé de pleurs,
Des cheisnes durs puissent naistre les fleurs,
Au choc des ventz l’eau ne soyt plus esmue,

Du cuœur des rocz le miel degoute & sue,
Soyent du printemps semblables les couleurs,
L’esté soyt froid, l’hyuer plein de chaleurs,
De foy la terre en toutz endroytz soyt nue:

Tout soyt changé, puis que le noud si fort
Qui mestraignoyt, & que la seule mort
Deuoyt couper, ma Dame veult deffaire.

Pourquoy d’Amour mesprises tu la loy?
Pourquoy fais tu ce qui ne se peult faire?
Pourquoy rom tu si faulsement ta foy?

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Que tout par tout dorenauant se mue:
soyt desormais Amour soulé de pleurs,
Des cheisnes durs puissent naistre les fleurs,
Au choc des ventz l’eau ne soyt plus esmue,

Du cuœur des rocz le miel degoute & sue,
Soyent du printemps semblables les couleurs,
L’esté soyt froid, l’hyuer plein de chaleurs,
De foy la terre en toutz endroytz soyt nue:

Tout soyt changé, puis que le noud si fort
Qui m’estraignoyt, & que la seule mort
Deuoyt couper, ma Dame veult deffaire.

Pourquoy d’Amour mesprises tu la loy?
Pourquoy fais tu ce qui ne se peult faire?
Pourquoy romp tu si faulsement ta foy?

 

Version de 1553 en ligne le 18/12/11,
remplacée par celle de 1552 le 17/03/17.
Dernière révision le 30/06/18.