Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Va cruelle Érinnys…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

«««

textes de
La Jessée

»»»


«««

dispo­sition du
pré­ambule
(vers 6-7)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance dans l’amour

»»»

 

[…] 

Va cruelle Érinnys, que j’ai si fort chérie,
Va-t’en, et m’abandonne ! au pis je tournerai
Mon respect en dédain, mon ardeur en Furie :
Et pour te contr’aimer les Ombres j’armerai.

Mais non, ma Belle, non ! plutôt mon corps sans âme,
Le Soleil sans chaleur, Thétis sans eaux sera,
Que je te laisse ici, pour suivre une autre Dame :
La mort la seule mort ma foi variera.



On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

 

[…] 

Va cruelle Érinnys, que j’ai si fort chérie,
Va-t’en, et m’abandonne ! au pis je tournerai
Mon respect en dédain, mon ardeur en Furie :
Et pour te contr’aimer les Ombres j’armerai.

Mais non, ma Belle, non ! plutôt mon corps sans âme,
Le Soleil sans chaleur, Thétis sans eaux sera,
Que je te laisse ici, pour suivre une autre Dame :
La mort la seule mort ma foi variera.




 

En ligne le 09/04/08.
Dernière révision le 09/10/12.