Les Épithètes
de Maurice de La Porte (1571)
««« mois­son »»»

« moissons » dans :
Ronsard
1557
~ Le printemps n’a point…
Des­portes
1573
~ Quel feu par les vents animé…
La Jessée
1583
~ Quand l’amitié…
Blanchon
1583
~ À tant de fleurs…
Isaac Habert
1585
~ Quand je te veux louer…
Birague
1585
~ Du vagueux Océan…
Brisset
1589
~ Quel nouveau changement !…
Poupo
1590
~ Pour compter les valeurs…
Expilly
1596
~ Ne trouver point de fin…
Las­phrise
1597
~ Je penserais plutôt…
Claude Garnier
1609
~ Ô beaux yeux bruns…

~#~














 

Moisson. Blonde, nourri­cière, méti­vale, copieuse, ample, recueil­lie, plaine, joyeuse, criquante ou cri­que­tante, grenue, blatière, libé­rale, sèche, frumen­teuse, riche, plantu­reuse, autom­nale, fruc­tueuse, abon­dante.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 168v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_343]
(texte modernisé).

[Moisson­né /-ée. Blé, terre.]

[Moisson­neux. Été.]

[Moisson­nière. Faucille ou faux.]

[Voir aussi moisson­neur.]






















«««  #  »»»

Moisson. Blonde, nourri­ciere, mesti­uale, copieuse, ample, recueil­lie, plaine, ioïeuse, criquante ou cri­que­tante, grenue, blatiere, libe­rale, seiche, frumen­teuse, riche, plantu­reuse, autom­nale, fruc­tueuse, abon­dante.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 168v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_343]
(texte original).

[Moisson­né /-ee. Blé, terre.]

[Moisson­neus. Esté.]

[Moisson­niere. Faucille ou faulx.]

[Voir aussi moisson­neur.]