Philibert BUGNYON (v. 1530-1587)
Malgré le sort…
Lyon, Jean Temporal, 1557.

«««

textes de
Bu­gnyon

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 9-13)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
la constance
dans l’amour

»»»

ouvrir sur Gallica : sonnet LVIII, p. 47.

Maugré le sort de fortune l’aduerse,
La Mer, le Feu, le Ciel, la Terre encore,
Deuotement i’adoreray l’aurore,
Qui de mes nuits tous les brouillas renuerse.

Malgré le tems qui mes ans sape & verse,
Enamouré de ma riche Pandore,
Nôtre MACON laquelle emperle & dore,
Ie louëray l’accointable commerce.

Plutost sera sans lueur l’ample Spere,
Le Ciel sans rond, Ciel des dieus le repere,
Et de mon tout principal heritage:

Plutost sera sans sable nôtre Sône,
Sans cours, poissons & sans pierres le Rône,
Que l’amitié d’entre nous se partage.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Maugré le sort de fortune l’aduerse,
La Mer, le Feu, le Ciel, la Terre encore,
Deuotement i’adoreray l’aurore,
Qui de mes nuits tous les brouillas renuerse.

Malgré le tems qui mes ans sape & verse,
Enamouré de ma riche Pandore,
Nôtre MACON laquelle emperle & dore,
Ie louëray l’accointable commerce.

Plutost sera sans lueur l’ample Spere,
Le Ciel sans rond, Ciel des dieus le repere,
Et de mon tout principal heritage:

Plutost sera sans sable nôtre Sône,
Sans cours, poissons & sans pierres le Rône,
Que l’amitié d’entre nous se partage.

 

En ligne le 01/10/11.
Dernière révision le 12/07/19.