Philibert BUGNYON (v. 1530-1587)
Ni le doux chant…
Lyon, Jean Temporal, 1557.
ouvrir sur Gallica : sonnet LXII, p. 53.

Ny le dous chant des rossignols ramages,
Qui vont pleignans nos regrets de ieunesse,
Ny les festins accomplis d’allegresse,
Ne peuuent faire oublier tes outrages:

Ny de mon Luth argentin les passages
Harmonieus, fredonnez d’hardiesse,
Lors que mes sens s’endorment en liesse,
Au tremblement de ses mignons cordages:

Ny les tresors que l’on peut receuoir
De toute l’Inde, & que l’on peut auoir,
Des hauts prelats, me seroit aggreable.

Car les faueurs, Amour, de ma Riante,
Comme regard & propos honnorable,
Sont les seuls biens de ma vie repante.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Ny le dous chant des rossignols ramages,
Qui vont pleignans nos regrets de ieunesse,
Ny les festins accomplis d’allegresse,
Ne peuuent faire oublier tes outrages:

Ny de mon Luth argentin les passages
Harmonieus, fredonnez d’hardiesse,
Lors que mes sens s’endorment en liesse,
Au tremblement de ses mignons cordages:

Ny les tresors que l’on peut receuoir
De toute l’Inde, & que l’on peut auoir,
Des hauts prelats, me seroit aggreable.

Car les faueurs, Amour, de ma Riante,
Comme regard & propos honnorable,
Sont les seuls biens de ma vie repante.

 

En ligne le 26/02/12.
Dernière révision le 06/07/19.