««« Rhô­ne »»»

« Rhône » dans :
Scève
1544
~ Plutôt seront Rhône…
Bu­gnyon
1557
~ Malgré le sort…
Jacques de Romieu
1584
~ Jodelle va louant…
Angot
1603
~ Ni mes humides pleurs…

~#~














 

Rhône. Impé­tueux, lyonnais, large, fluc­tueux, vio­lent, roide, furieux, profond, subit, dange­reux.

Le Rhône vient du mont Saint-Gothard, et se forti­fie dans un lac, au commen­ce­ment duquel est assise la ville de Lausanne, et à son extré­mi­té la ville de Genève. Ce fleuve depuis Genève fait le départ du pays de Bresse et Dauphi­né, puis se retire à Lyon, et se rend à Arles, où il se divise en deux bras, l’un desquels se retire à Aigues-Mortes, et l’autre à trois lieues de là va aux trois Maries, où il entre dans la mer.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 230v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_467]
(texte modernisé).

[Voir aussi Arne, Danube, Éri­dan, Euphrate, Gange, Garonne, Hèbre, Ladon, Loir, Loire, Marne, Nil, Pactole, Rhin, Saône, Sarthe, Seine, Tamise, Tane, Tibre, Xanthe.]






















«««  #  »»»

Rhosne. Impe­tueus, lionnois, large, fluc­tueus, vio­lent, roide, furieus, profond, subit, dange­reus.

Le Rhosne vient du mont Sainct Godard, & se forti­fie dans vn lac, au commen­ce­ment duquel est assise la ville de Lauzanne, & a son extre­mi­té la ville de Geneue. Ce fleuue depuis Geneue fait le depart du païs de Bresse & Daulphi­né, puis se retire à Lion, & se rend à Arles, où il se diuise en deux bras, l’vn desquels se retire à Aigues­mortes, & l’autre à trois lieuës de là va aux trois Maries, où il entre dans la mer.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 230v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_467]
(texte original).

[Voir aussi Arne, Danube, Eri­dan, Euphrate, Gange, Garonne, Hebre, Ladon, Loir, Loire, Marne, Nil, Pactole, Rhein, Saone, Sarte, Seine, Tamise, Tane, Tybre, Xanthe.]