Salomon CERTON (1552-v.1620)
Si vite par la plaine…

F

SI vite par la plaine à l’héritier de Rhée
Le sapin tabourdé d’un Ouest inconstant
Ne galope léger : Et le trait loin-portant
Ne coupe si soudain la campagne aérée :

Si tôt ses traits grondants de sa voûte éthérée
Le mari de Juno ne va point éclatant :
Et l’aigle ravisseur, si tôt ne va battant
De son ventre poussé, la colombe égarée :

Que l’importun Sommeil m’a dardé le rinceau
Qu’il trempe dans le creux de l’oublieux ruisseau,
Et m’a contraint baisser dessous son coup la tête.

Pardonne-moi, Sommeil, Roi de toute la nuit
Sinon aux soucieux, car pour ton seul déduit
Cet étrange discours à ton honneur s’apprête.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 

Son­net


texte
ori­ginal


pleine page


œuvres de
Certon

dispo­nibles sur Gallica


 

F

SI vite par la plaine à l’héritier de Rhée
Le sapin tabourdé d’un Ouest inconstant
Ne galope léger : Et le trait loin-portant
Ne coupe si soudain la campagne aérée :

Si tôt ses traits grondants de sa voûte éthérée
Le mari de Juno ne va point éclatant :
Et l’aigle ravisseur, si tôt ne va battant
De son ventre poussé, la colombe égarée :

Que l’importun Sommeil m’a dardé le rinceau
Qu’il trempe dans le creux de l’oublieux ruisseau,
Et m’a contraint baisser dessous son coup la tête.

Pardonne-moi, Sommeil, Roi de toute la nuit
Sinon aux soucieux, car pour ton seul déduit
Cet étrange discours à ton honneur s’apprête.

 

En ligne le 14/04/15.
Dernière révision le 14/04/15.