Amadis JAMYN (v. 1540-1593)
Tant de feux aux carfours…
Paris, Mamert Patisson, 1575.

Tant de feux aux carfours deçà delà semés
Pour fêter de saint Jean la fatale naissance
Vous rapportent aux yeux et à la souvenance
Combien par vos beautés de feux sont allumés.

Les cœurs des mieux voyants soudain sont enflammés
Comme un soufre qui prend des flammes la substance :
Plus on boit vos regards, plus croît la violence,
Au moins si comme moi ils en sont consommés.

Comme autour de ces feux chacun rit, saute, et chante
Plus en plus s’égayant tant plus le feu s’augmente
Et monte en Pyramide à la voûte des cieux.

Ainsi plus vous voyez ma sainte flamme éprise
Qu’un soufflet de soupirs en scintilles attise
Tant plus vous en moquez et votre œil est joyeux !

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Tant de feux aux carfours deçà delà semés
Pour fêter de saint Jean la fatale naissance
Vous rapportent aux yeux et à la souvenance
Combien par vos beautés de feux sont allumés.

Les cœurs des mieux voyants soudain sont enflammés
Comme un soufre qui prend des flammes la substance :
Plus on boit vos regards, plus croît la violence,
Au moins si comme moi ils en sont consommés.

Comme autour de ces feux chacun rit, saute, et chante
Plus en plus s’égayant tant plus le feu s’augmente
Et monte en Pyramide à la voûte des cieux.

Ainsi plus vous voyez ma sainte flamme éprise
Qu’un soufflet de soupirs en scintilles attise
Tant plus vous en moquez et votre œil est joyeux !

 

En ligne le 26/08/18.
Dernière révision le 26/08/18.