Vasquin PHILIEUL (1522-?)
Amour m’a mis…
Avignon, B. Bonhomme, 1555 (Paris, 1548).

«««

textes de
Phi­lieul

»»»


«««

 
 
 

»»»


«««

imi­ta­tion de
Amor m’à posto…

»»»

Amour m’ha mis comme un but à sa darde,
Et cire au feu, neige au soleil roué,
Au uent nuée, & suis tout enroué
Criant merci, Dame, & n’y prenez garde.

Du coup mortel de uoz yeux faut que i’arde,
Et tout mon temps iusque ici i’ay ioué,
Vous en riez, qui estes le loué
Vent, feu, soleil dont tel on me regarde.

Le desir feu, un soleil les regards,
Et uoz yeux sont à mon aduis les dards,
Par qui amour m’esblouit, brusle & pique.

Le beau parler, & le chant angelique,
Les douz espritz, qui ma force ont rauie,
Ce sont les uents, deuant qui fuit ma uie.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Phi­lieul

»»»

«««

1548 [1555]

»»»

«««

 
 

»»»



texte
moder­nisé



~#~

Amour m’ha mis comme un but à sa darde,
Et cire au feu, neige au soleil roué,
Au uent nuée, & suis tout enroué
Criant merci, Dame, & n’y prenez garde.

Du coup mortel de uoz yeux faut que i’arde,
Et tout mon temps iusque ici i’ay ioué,
Vous en riez, qui estes le loué
Vent, feu, soleil dont tel on me regarde.

Le desir feu, un soleil les regards,
Et uoz yeux sont à mon aduis les dards,
Par qui amour m’esblouit, brusle & pique.

Le beau parler, & le chant angelique,
Les douz espritz, qui ma force ont rauie,
Ce sont les uents, deuant qui fuit ma uie.

 

En ligne le 05/12/17.
Dernière révision le 11/11/18.