Olivier de MAGNY (1529-1561)
Comme un blanc à sagette…
Paris, Vincent Sertenas, 1557.

«««

textes de
Magny

»»»


«««

 
 
 

»»»


«««

imi­ta­tion de
Amor m’à posto…

»»»

ouvrir sur Gallica : sonnet XCVI, f° 33r°.

Comme vn blanc à sagette Amour a fait mon ame,
Comme neige au soleil, et comme cire au feu,
Et comme nuë au vent, mais il t’en chaut bien peu,
Et m’aides tousiours moins quand plus ie te reclame.

De ton œil brunissant sort le coup qui m’entame
Contre qui ne me vault helas! ny tens ny lieu,
De toi seule procede, & non du petit Dieu,
Le soleil, & le feu, & le vent que m’espame.

Mon penser amoureux est le trait si cuisant,
Ton visaige diuin le Soleil si luysant,
Et mon desir ardant la flamme poursuiuye,

De quoy amour me poingt, m’aueugle, et me destruit,
Et ta voix est le vent au deuant de qui fuyt
Trop vistement helas ! ma miserable vie.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

«««

textes de
Magny

»»»

«««

1557

»»»

«««

 
 

»»»



texte
moder­nisé



~#~

Comme vn blanc à sagette Amour a fait mon ame,
Comme neige au soleil, et comme cire au feu,
Et comme nuë au vent, mais il t’en chaut bien peu,
Et m’aides tousiours moins quand plus ie te reclame.

De ton œil brunissant sort le coup qui m’entame
Contre qui ne me vault helas! ny tens ny lieu,
De toi seule procede, & non du petit Dieu,
Le soleil, & le feu, & le vent que m’espame.

Mon penser amoureux est le trait si cuisant,
Ton visaige diuin le Soleil si luysant,
Et mon desir ardant la flamme poursuiuye,

De quoy amour me poingt, m’aueugle, et me destruit,
Et ta voix est le vent au deuant de qui fuyt
Trop vistement hélas ! ma miserable vie.

 

En ligne le 27/11/17.
Dernière révision le 01/11/18.