Pierre LE LOYER (1550-1634)
Hé, Cruelle, ne veux-tu pas…
Paris, Abel L’Angelier, 1576.

«««

textes de
Le Loyer

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(9 vers sur 18)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les dou­leurs
de l’amant

»»»

[…] 

Hé, Cruelle, ne veux-tu pas
M’oster de mon futur trespas?

Helas ! Flore, n’auras-tu point
Iamais enuie

D’oster la douleur qui espoint
Ma pauure vie?

Horreur ! mille brasiers ardans
Me bruslent le corps au-dedans:

Iamais Mont-gibel n’a tant eu
Sur lui de flame,

Comme i’ay de braise & de feu
Dedans mon ame.

Qui peut conter dedans vn pré
Tout ce qu’il voit de diapré,

Qui peut d’vn riuage de mer
Nombrer l’arene,

Peut pareillement estimer
Ma griefue peine

Autant qu’on voit tout à la fois
Sauter de bluettes d’vn bois,

Qui brusle & qu’on fend dans le feu:
Autant se forgent

De flammes dans mon cœur esmeu,
Qui se regorgent.

[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 

Hé, Cruelle, ne veux-tu pas
M’oster de mon futur trespas?

Helas ! Flore, n’auras-tu point
Iamais enuie

D’oster la douleur qui espoint
Ma pauure vie?

Horreur ! mille brasiers ardans
Me bruslent le corps au-dedans:

Iamais Mont-gibel n’a tant eu
Sur lui de flame,

Comme i’ay de braise & de feu
Dedans mon ame.

Qui peut conter dedans vn pré
Tout ce qu’il voit de diapré,

Qui peut d’vn riuage de mer
Nombrer l’arene,

Peut pareillement estimer
Ma griefue peine

Autant qu’on voit tout à la fois
Sauter de bluettes d’vn bois,

Qui brusle & qu’on fend dans le feu:
Autant se forgent

De flammes dans mon cœur esmeu,
Qui se regorgent.

[…] 

 

En ligne le 02/03/09.
Dernière révision le 25/06/19.