Jean de LA JESSÉE (1551-?)
Je te sondais ainsi…
Anvers, Christofle Plantin, 1583.

[…] 
Puis à voir seulement vostre serain visage,
Ie pense voir Amour qui m’attand au passage,
Non pour taindre en mon sang son homicide trait:
Mais pour me soulager par quelque dous attrait,
Qui d’vn signe amoureus me promet, & m’asseure,
Que vous reguarirez mon mal, & ma blesseure.

Ie te sondois ainsi, ne souhaittant qu’ouyr
Ton langage emmiellé, quand pour me resiouyr
D’vn bel œil, d’vn gay front, & d’vn mignard sousrire,
Qui sa douçeur, sa grace, & sa honte souspire,
Sans art, sans peur, sans fainte, emblant, gaignant, flatant,
Mon cœur, mon sens, mon dueil: tu me dis à l’instant.

Vous me pardonnerez si sans scrupule i’ose
Prendre en ieu familier vostre doleur enclose,
Et si ne pardonnant à voz beaus passetempz,
Ie vous colloque au rang des Amys de ce tempz:
[…] 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

[…] 
Puis à voir seulement vostre serain visage,
Ie pense voir Amour qui m’attand au passage,
Non pour taindre en mon sang son homicide trait:
Mais pour me soulager par quelque dous attrait,
Qui d’vn signe amoureus me promet, & m’asseure,
Que vous reguarirez mon mal, & ma blesseure.

Ie te sondois ainsi, ne souhaittant qu’ouyr
Ton langage emmiellé, quand pour me resiouyr
D’vn bel œil, d’vn gay front, & d’vn mignard sousrire,
Qui sa douçeur, sa grace, & sa honte souspire,
Sans art, sans peur, sans fainte, emblant, gaignant, flatant,
Mon cœur, mon sens, mon dueil: tu me dis à l’instant.

Vous me pardonnerez si sans scrupule i’ose
Prendre en ieu familier vostre doleur enclose,
Et si ne pardonnant à voz beaus passetempz,
Ie vous colloque au rang des Amys de ce tempz:
[…] 

 

En ligne le 23/09/09.
Dernière révision le 21/06/12.