Claude GARNIER (?-v. 1630)
Est-ce inhumaine…
Paris, Gilles Robinot, 1609.

«««

textes de
Cl. Gar­nier

»»»


 

 
 
 

 


«««

»»»


«««

propos :
le parjure
de l’aimée

 

Es-ce inhumaine, ô Dieus! la recompance
De mes trauaus, enfans de ta beauté,
De me payer d’vne infidelité
Qui la rigueur la plus forte deuance?

Puisqu’ainsi va, cruelle à ma souffrance,
Que tout se change, & que tout soit porté
Contrairemant, pour indice arété
D’vn tel pariure, & d’vne telle offance.

Que l’hyuer aille au degré des Iumeaus,
Qu’herbes & fleurs s’émaillent par les eaus,
Que le Soleil en la terre chemine:

Que les poissons fretillent dans les Cieus,
Que les mortels viuent plus que les Dieus,
Et le corbeau chante mieus que le Cynne.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

Es-ce inhumaine, ô Dieus! la recompance
De mes trauaus, enfans de ta beauté,
De me payer d’vne infidelité
Qui la rigueur la plus forte deuance?

Puisqu’ainsi va, cruelle à ma souffrance,
Que tout se change, & que tout soit porté
Contrairemant, pour indice arété
D’vn tel pariure, & d’vne telle offance.

Que l’hyuer aille au degré des Iumeaus,
Qu’herbes & fleurs s’émaillent par les eaus,
Que le Soleil en la terre chemine:

Que les poissons fretillent dans les Cieus,
Que les mortels viuent plus que les Dieus,
Et le corbeau chante mieus que le Cynne.

 

En ligne le 27/11/07.
Dernière révision le 18/10/18.